17 JANVIER 1961 : DÉCÈS DE PATRICE LUMUMBA

Patrice Lumumba né le 2 juillet 1925, était une figure emblématique des indépendances africaines par son nationalisme intransigeant. Il ne fut Premier ministre que pendant deux mois, au lendemain de l’indépendance du Congo, le 30 juin 1960.

Très rapidement le pays bascula dans le chaos, du fait de la sécession de la province minière du Katanga (sud), suscitée par les occidentaux hostiles à ce jeune Premier ministre marxisant, et du développement de rébellions dans l’est.
En outre, Patrice Lumumba accumula les erreurs politiques en deux mois, notamment en ordonnant une répression impitoyable dans le Sud-Kasaï (centre), qui lui aliéna le soutien d’une partie de la population.

L’homme qui avait lutté pour l’indépendance du Congo Kinshasa depuis le 5 octobre 1958, avec son parti indépendantistes, le MNC (Mouvement National Congolais), son pays devenu indépendant dont la date officielle a été fixée au 30 juin 1960, au terme d’une lutte anti-belge acharnée, et d’une arrestation injustifiée. Des élections les premières dans l’histoire du Congo encore belge, sont alors organisées en mai 1960. Le dirigeant ba-kongo Joseph Kasavubu, prête serment comme président de la république et avalise aussitôt la nomination de Lumumba comme premier ministre. Lumumba profitera alors de son statut pour officialiser sa lutte anti-belge, et marquer ainsi la fin de la domination belge sur le pays.

Alors qu’un conflit éclate entre le président congolais pro-belge Joseph Kasavubu et son premier ministre Lumumba, qu’il a d’ailleurs révoqué publiquement, l’ONU intervient et un coup d’état soutenu par la CIA éclate à Léopoldville, permettant à Joseph Désiré Mobutu de s’imposer à la tête du pays. Le 10 octobre, Mobutu assigne à résidence Lumumba, Ileo et leurs ministres. Mais Lumumba fait passer en secret un mot d’ordre demandant à ses amis politiques de le rejoindre à Stanleyville, où ils établissent un gouvernement clandestin dirigé par Antoine Gizenga.

Intercepté et mis aux arrêts, par les troupes menées par l’Occident et Mobutu, à la date du 17 janvier 1961, Patrice Lumumba et deux de ses partisans, Maurice Mpolo et Joseph Okito, seront conduits par avion à Élisabethville, au Katanga, et livrés aux autorités locales. Ces dernières les séquestrera dans une petite maison, dans laquelle ils seront tous les trois ligotés, humiliés et persécutés par des responsables katangais qui en avaient déjà après Lumumba, particulièrement. Ils seront ensuite fusillés le soir même, par des soldats sous le commandement d’un officier belge. Le corps de Patrice Lumumba sera à la suite découpé en morceaux puis dissout dans de l’acide pour faire disparaître toutes preuves de cet assassinat. Plusieurs de ses partisans seront exterminés après sa mort.

57 ans après son assassinat, son combat raisonne encore dans l’esprit de beaucoup d’africains en général et de congolais en particulier. Et ce jour qui célèbre l’anniversaire de sa mort, est l’occasion de rappeler le combat qui fut le sien pour la libération de son pays.

NegroNews

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*