Algérie : Communiqué du CJASPS sur les déclarations de Macron sur le Sahara Occidental

Comité des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui (CJASPS)

COMMUNIQUE

Dans sa dernière déclaration aux quotidiens El Khabar et El Watan , le Président français Emmanuel Macron verse dans l’amalgame sur la position de la France vis-à-vis du conflit au Sahara occidental ; une position globalement favorable à l’occupation marocaine.
En évoquant une position française biaisée, se basant sur une prétendue approche se situant « à équidistance » dans cette question, Macron tente d’éluder le fond du problème en le vidant de sa consistance qui fait que cette question qui relève de la décolonisation est inscrite depuis 1965 entant que telle au niveau de l’ONU.
Macron, qui reste fidèle à la position de ses prédécesseurs, cherche à dévier le conflit de sa nature, c’est-à-dire, un problème de décolonisation entre l’occupant marocain et le peuple du Sahara occidental qui lutte pour son indépendance à travers son unique représentant légitime le Front Polisario.
C’est ainsi qu’il a cherché, à travers sa déclaration à « bilatéraliser » le conflit, en appelant à un dialogue entre les deux voisin, l’Algérie et le Maroc, occultant de facto le principal concerné, à savoir le peuple sahraoui et son représentant légitime le Front Polisario.
Macron, qui se veut le chantre d’une France des libertés lavée de son passé colonialiste, s’enlise dans le conflit sahraoui, en tournant le dos à la légalité internationale et aux droits des peuples à l’autodétermination. Macron, « reconnait paradoxalement la légalité internationale » en Nouvelle Calédonie, où va s’exercer ce droit inaliénable conforté par la charte de l’ONU.
En réalité, Macron, en déclarant que « la position française sur le Sahara occidental n’a pas changé et ne changera pas », montre que la diplomatie française, tant en Afrique qu’au Maghreb, n’a pas changé dans sa globalité, si ce n’est le toilettage sémantique et verbal qu’il veut lui donner. Il montre que son pays demeure l’obstacle au règlement du conflit sahraoui conforment à la légalité internationale et le principal soutien de l’intransigeance du Maroc et de son souverain qui à travers son lobby actif tient en otage la France.
Dans ce cadre, le Comité des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui (CJASPS) dénonce cette position qui constitue un déni flagrant du droit des peuples à l’autodétermination et à la liberté. Un déni aussi des résolutions de l’ONU et des instances internationales et une position grave pour un pays membre permanent du Conseil de sécurité.
Le plus étonnant est qu’au moment ou le Chef de l’Etat français fait fi des résolutions de l’ONU, il condamne au même temps les déclarations du Chef de l’exécutif américain sur le statut d’El-Qods , qui sont une violation flagrante des résolutions internationales .
ALGER, 09/12/2017
P/ le CASPS
M. Ait Mouhoub

Comments are closed.