Au Maroc profond, la marginalisation commence à engendrer des morts

Drame d’Essaouita : 15 femmes sont mortes dans une bousculade pour un malheureux sac de farine

Exactement le lendemain du 61eme anniversaire de fin de protectorat Français sur le Maroc, qui est célébré au Maroc chaque année au 18 novembre comme jour d’indépendance, les marocains se sont retrouvé devant une scène d’humiliation humaine : 15 femmes mortes, dont certaines enceintes, dans une bousculade pour avoir un don d’un sac de 10 kg de farine !

L’évènement a eu lieu le 19 novembre 2017 dans le petit village de Tafettachte, dans la région de la ville de Mogador sur la côte ouest du Maroc, et qui porte aujourd’hui le nom Essaouira, car le programme d’arabisation du pays Amazigh l’impose.

Pire encore, ce n’est pas des dons de l’état, mais des dons distribués par un particulier dans une petite commune, ce qui a attiré des milliers de citoyens et citoyennes de tous les villages avoisinants. Selon les témoins sur les réseaux sociaux marocains, il y a ceux qui ont fait des kilomètres à dos d’ânes et ceux qui sont venus deux jours avant pour avoir une petite place dans l’interminable file.

Le particulier en question (Le Cheikh Abdelkabir El Hadidi : voir photo) n’est pas n’importe qui, mais belle et bien un employé des affaires religieuses mais aussi chef d’une association islamiste nommée –tenez-vous bien- « Association pour l’apprentissage du coran par cœur et pour les œuvres sociales». Il a l’habitude de faire ses dons chaque année, il est dans sa cinquième année. Ce qui veut dire qu’il a probablement des subventions du wahhabisme Saoudiens qui veut exploiter la marginalisation crée par le panarabisme comme porte d’entrée au pays Amazigh. Dans une vidéo qui trace les événements sur site juste quelques moments avant le drame, la commentatrice locale de la vidéo a signalée ce soupçon. Ce qui veut dire, il n’y a pas de fumée sans feu.

Plus récent encore, hier pour plus de précision,un membre du groupe des non-voyants, observant un sit-in sur le toit du bâtiment du ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Égalité et du Développement social, depuis plus de 25 jours, a trouvé la mort après sa chute accidentelle du haut du bâtiment. Une autre victime du système qui s’ajoute aux victimes du Rif, Zagoura et Jerada où les manifestants ont été écrasés par les fourgons de la police de Mohammed VI.

Tags : Maroc, Rif, Hirak, Jerada, Zagora, Mogador, chômage, pauvreté

Comments are closed.