La CARICOM, un bloc uni en faveur de la RASD

Plusieurs responsables des pays de la Communauté du bassin des Caraïbes (CARICOM) justifient leur position en faveur de la RASD par le consensus adopté au sein de l’organisation, a affirmé une note de la diplomatie marocaine.

« La Caricom  exerce une influence certaine sur la politique extérieure des pays membres, en agissant en tant qu’organe qui les aide à harmoniser et à adopter une position commune au sujet des questions internationales. En effet, plusieurs responsables de ces pays justifient leur position en faveur de la pseudo « rasd » par le consensus adopté au sein de l’organisation », a indiqué la note datée de février 2011.

La Caricom est l’acronyme anglais de la Communauté du bassin des Caraïbes, qui regroupe plusieurs Etats anglophones de la région, en plus du Suriname néerlandophone et de Haïti francophone et créole. La langue officielle est l’anglais.

Elle a été crée en 1973 quant quatre pays des Caraïbes (la Barbade, le Guyana, la Jamaïque et le Trinidad et Tobago) ont signé le Traité de Chaguaramas en vue de renforcer leurs liens et de créer un marché commun.

La CARICOM est régie par le Traité de Chaguaramas et son Annexe sur le Marché commun. En effet, le 5 juillet 2001, lors de la vingt-deuxième rencontre des membres à Nassau (Bahamas), les chefs des gouvernements de la communauté caribéenne ont révisé le Traité de Chaguaramas établissant les statuts de la Caricom en y incluant le marché et l’économie unique caribéenne (CSME). Une partie de cette révision inclut la création future de la Cour de justice caribéenne.
Pour rappel, le Maroc a essayé de s’inflitrer à l’intérieur de la Communauté du bassin des Caraïbes (CARICOM) en vue de l’amener à changer sa position par rapport au conflit du Sahara Occidental et retirer leur reconnaissance de la RASD.

Texte intégral de la note :

Note sur la Communauté du Bassin des Caraïbes (CARICOM)

  

  • Présentation de la CARICOM:

La Caricom est l’acronyme anglais de la Communauté du bassin des Caraïbes, qui regroupe plusieurs Etats anglophones de la région, en plus du Suriname néerlandophone et de Haïti francophone et créole. La langue officielle est l’anglais.

Elle a été crée en 1973 quant quatre pays des Caraïbes (la Barbade, le Guyana, la Jamaïque et le Trinidad et Tobago) ont signé le Traité de Chaguaramas en vue de renforcer leurs liens et de créer un marché commun.

La CARICOM est régie par le Traité de Chaguaramas et son Annexe sur le Marché commun. En effet, le 5 juillet 2001, lors de la vingt-deuxième rencontre des membres à Nassau (Bahamas), les chefs des gouvernements de la communauté caribéenne ont révisé le Traité de Chaguaramas établissant les statuts de la Caricom en y incluant le marché et l’économie unique caribéenne (CSME). Une partie de cette révision inclut la création future de la Cour de justice caribéenne.

  • Pays membres:

La CARICOM est composée de 15 États membres et de cinq membres associés ainsi que de sept pays observateurs.

Les Etats membres du CARICOM sont :

  1. Antigua-et-Barbuda
  2. Les Bahamas
  3. La Barbade
  4. Belize
  5. Dominique
  6. Grenade
  7. Guyane
  8. Haïti
  9. Jamaïque
  10. Montserrat
  11. Sainte-Lucie
  12. Saint-Kitts-et-Nevis
  13. Saint-Vincent-et-les Grenadines
  14. Suriname
  15. Trinité-et-Tobago

Les Membres associés sont:

  1. Anguilla – 4 Juillet 1999
  2. Bermudes – 2 Juillet 2003
  3. Iles Vierges britanniques – 2 Juillet 1991
  4. Iles Caïmans – 15 mai 2002
  5. Les îles Turks et Caicos – 2 Juillet 1991

Les pays observateurs sont:

  1. Columbie,
  2. République dominicaine,
  3. Mexique,
  4. Porto Rico,
  • Les organes décisionnels:
  • La Conférence des Chefs de Gouvernement :

 C’est la plus haute autorité de la CARICOM.  La présidence est assurée chaque six mois par le Chef de Gouvernement d’un Etat membre. La Présidence actuelle (du 1er janvier -30 juin 2011) est assurée par le Premier Ministre de la Grenade,      M. Tillman Thomas (qui succède au Premier Ministre de la Jamaïque, M. Orette Bruce Golding – 1er juin au 31 décembre 2010).

Les Chefs de Gouvernement se réunissent annuellement (généralement en mars de chaque année) en « inter-sessional conference », qui a lieu entre deux sessions du Conseil des Ministres de la Communauté, dans l’une des Capitales des pays membres.

  • Le Conseil des Ministres de la Communauté:

                Il est composé des Ministres responsables des Affaires Communautaires qui se réunissent au siège du Secrétariat Général.

  • Le Secrétariat Général :

Basé à Guyane, il est le principal Organe administratif. Le Secrétaire Général Edwin W. Carrington (Trinité-et-Tobago), qui a été nommé en 1992, a quitté ses fonctions le 31 décembre 2010. La Secrétaire Général adjoint, Mme Lolita Applewhaite a été désignée Secrétaire Général par intérim à partir du 1er janvier 2001, dans l’attente de la nomination officielle d’un nouveau Secrétaire Général.

Un comité de sélection, présidé par la Ministre des Affaires Etrangères de la Barbade, Mme Maxine McClean, a été crée afin d’identifier les candidats et soumettre une proposition à la Conférence des Chefs de Gouvernement (Grenade, 25-26 février 2011). Cinq personnalités ont été proposées par les autorités de leurs pays pour briguer le poste. Il s’agit de :

  • Irwin La Rocque de la Dominique, actuel Assistant du Secrétaire Général pour le Commerce Régional et l’Intégration Economique au sein de la CARICOM ;
  • Edwin Laurent de Sainte Lucie, ancien Représentant diplomatique de l’Organisation des Etats des Caraïbes Orientales à Bruxelles.
  • Carla Barnett du Belize, ancien Secrétaire Général adjoint de la CARICOM;
  • Henry MacDonald, actuel Représentant permanant du Suriname à l’ONU ;
  • Elsworth John, Ambassadeur de Saint-Vincent-et les Grenadines à la CARICOM;

  • Les principaux Organes de la CARICOM

– Le Conseil des Finances et de la Planification (COFAP)

– Le Conseil du Commerce et du Développement Economique (COTED)

– Le Conseil des Relations Extérieures et Communautaires (COFCOR)

– Le Conseil pour le Développement Humain et Social (COHSOD)

– Le Conseil des Ministres responsables de la sécurité nationale et l’application des lois

– La commission juridique

– Le Comité du budget

– Le Comité des Gouverneurs des Banques Centrales

  • Les Portfolios Régionaux des Chefs de Gouvernement du CARICOM

Le bureau des Chefs de Gouvernement constitue le fer de lance de l’action dans les secteurs essentiels pour  l’intégration de la région.  Chaque pays a été chargé de superviser l’intégration dans un domaine précis :

  • Services : Antigua-et-Barbuda
  • Tourisme : Le Bahamas
  • Marché Unique et Economie (y compris l’Union monétaire) : la Barbade
  • Justice et Gouvernance : Belize
  • Travail (y compris mouvement des compétences), la Dominique
  • Science et Technologies: Grenade
  • Agriculture, Diversification Agricole et Sécurité Alimentaire: Guyana
  • Négociations Commerciales Externes : La Jamaïque
  • Développement des Ressources Humaines et Santé: Saint-Kitts-et-Nevis
  • Développement Durable (y compris l’environnement et la gestion de l’eau et des catastrophes) : Sainte-Lucie
  • Transport : Saint-Vincent et les Grenadines
  • Développement des communautés et la Coopération: Suriname
  • Energie et Sécurité (drogues et armes) : Trinité-et-Tobago

 

– Certains projets de la CARICOM:

  • Programme de développement des Caraïbes de l’énergie renouvelable (CREDP)
  • Programme de développement des agro-industries CARICOM
  • Programme d’adaptation au changement climatique (MACC)
  • Information et technologie de communication pour le développement
  • Promotion de la CARICOM / CARIFORUM la sécurité alimentaire.

  • Quelques donnés sur les relations extérieures de la CARICOM:

La Caricom  exerce une influence certaine sur la politique extérieure des pays membres, en agissant en tant qu’organe qui les aide à harmoniser et à adopter une position commune au sujet des questions internationales.

En effet, plusieurs responsables de ces pays justifient leur position en faveur de la pseudo « rasd » par le consensus adopté au sein de l’organisation.

  • Au niveau régional

La Caricom joue un rôle de médiateur dans les conflits et les crises politiques impliquant ses membres. Ce fut le cas, en 1997, lors d’un conflit « racial » à la Guyana, puis lors des élections législatives haïtiennes de 2000 et de conflits territoriaux opposant Belize et le Guatemala, ou encore la Guyana et le Venezuela. En mai 2000, la Caricom a ouvertement condamné une initiative américaine visant à exclure Haïti de l’Organisation des Etats Américains.

  • Canada

Le Canada appuie les efforts d’intégration de la CARICOM en fournissant un soutien au Secrétariat de la CARICOM et en offrant des programmes régionaux. Ce soutien comprend notamment le programme d’aide au développement sur 10 ans de l’ACDI (600millions $) et le programme de bourses d’études régionales du Canada (17millions $), annoncés par le Premier Ministre canadien à la Barbade en 2007. Le Canada s’est également engagé avec l’ensemble des pays de la CARICOM à conclure un accord commercial mutuellement avantageux.

  • Venezuela

La CARICOM a procédé, en octobre 1992, à la signature d’un accord commercial bilatéral avec le Venezuela. Entré en vigueur  le 1er janvier 1993, l’accord préférentiel a été conclu sur la base du mécanisme de non réciprocité de portée partielle mis à la disposition des membres de l’Association Latino-Américaine d’Intégration (ALADI).

  • Colombie

En vertu de l’Accord de coopération commerciale, économique et technique entre la CARICOM et la Colombie, signé en 1994 et renégocié en 1997, la Colombie a accordé unilatéralement un accès préférentiel à son marché pendant une durée de quatre ans pour un groupe de produits originaires de la CARICOM.

  • Cuba

L’Accord entre la CARICOM et Cuba, signé le 3 juillet 2000, prévoit l’accès en franchise (sans tarif) d’une liste de marchandises convenue par les deux parties.

  • République dominicaine

L’Accord de libre-échange entre la CARICOM et la République dominicaine, entré en vigueur en 2000, prévoit un accès bilatéral en franchise de droits (sans tarif) pour un certain nombre de produits à compter du 1er janvier 2004. Toutefois, les exportations de la République Dominicaine à destination des pays les moins avancés de la CARICOM font l’objet de tarifications douanières.

  • Costa Rica

Le 9 août 2005, l’Assemblée Législative du Costa Rica a approuvé l’accord commercial conclu entre le Costa Rica et 12 pays de la CARICOM (Antigua-et-Barbuda, Barbade, Belize, Dominique, Grenade, Guyana, Jamaïque, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Sainte-Lucie, Suriname et Trinité-et-Tobago). L’Accord est entré en vigueur entre le Costa Rica et la Trinité-et-Tobago le 15 novembre 2005, avec la Guyane le 30 avril 2006 et avec la Barbadele 1er août 2006. Dans les autres pays de la CARICOM, les procédures internes d’approbation ne sont pas encore achevées.

  • Brésil

Le Premier Sommet CARICOM- Brésil s’est tenu en Brésil le 26 avril 2010. Parmi les résultats du Sommet : la déclaration de Brasilia et plus de 40 accords bilatéraux portant sur des domaines de coopération  y compris la santé, l’éducation, la culture, l’agriculture, l’énergie, le tourisme, et la défense civile. Le Brésil a, également, exprimé lors de ce Sommet, sa volonté de devenir membre de la Banque de Développement des Caraïbes.

Les membres des pays de la CARICOM voient dans le Brésil un appui auprès du G20, du FMI et de la Banque Mondiale. Le Brésil et la CARICOM ont, par ailleurs, décidé de relancer les négociations afin d’établir un accord de libre échange entre la CARICOM et le MERCOSUR.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.