CEDEAO : le Maroc a trop misé sur la corruption

Les autorités marocaines méprisent les africains au point de croire qu’avec l’argent ils peuvent tout acheter. La diplomatie de la poche et du phpsphate que le Maroc a joué jusqu’ici s’est effondré le 14 décembre à Abuja.

Mohammed VI, trompé par les rapports erronés de ses sujets, était trop confiant sur la question de la CEDEAO. L’arrogance marocaine est tel qu’ils ont cru que l’organisation ouest-africaine allait même accepter leur refus du principe de la libre circulations des personnes et des biens dans cette communauté. Parce que l’Europe ne veut pas des subsahariens au Maroc qui vont tenter de traverser la Méditerranée en quête d’El Dorado européen. Les marocains rêvent de devenir membre de la CEDEAO tout en gardant leur statut de gendarme de l’Europe en Afrique. Ce que le Maroc veut c’est juste distiller ses fruits et légumes de mauvaise qualité au marché africain.
D’autre part, il convient de rappeler que l’OUA, dans sa Résolution 464 a divisé l’Afrique en cinq Communautés économiques régionales (CER): Afrique de l’Ouest (seize Etats membres), Afrique de l’Est (treize) Afrique australe (dix Etats membres) Afrique centrale (neuf États membres), Afrique du Nord (cinq États membres). Le Maroc est donc clairement placé dans une zone géographique différente.
A tout cela s’ajoute que le Maroc a violé et continue de violer un des principes fondamentaux de l’Union Africaine : l’inviolabilité des frontières héritées du colonialisme avec son occupation du territoire du Sahara Occidental et dont les phosphates sont utilisées par Rabat pour acheter le soutien de certains pays. Sans oublier le risque potentiel de millIers de djihadistes marocains qui ont fui l’Irak et la Syrie et qui vont chercher refuge en Afrique de l’Ouest.

Comments are closed.