La CEDEAO refuse l’adhésion du Maroc

Le Makhzen vient de décevoir, une fois encore, le peuple marocain. Les médias du Maroc, tous sous ordre du gouvernement, ont concocté un tapage médiatique de grande envergure en vue de vendre aux citoyens marocains une image d’une Afrique qui rêve du retour du Maroc aux organisations africaines. Une manière visat à faire avaler la pillule au peuple marocain qui ne comprend pas la décision de leur roi de s’asseoir côte-à-côte avec le président sahraoui.
Depuis plus de 42 ans, la question du Sahara Occidental fait partie des lignes rouges établies par le Makhzen. Plusieurs journalistes ont été sévèrement punis pour avoir ciritiqué la politique de leur pays vis-à-vis de l’ancienne colonie espagnole que le Maroc occupe depuis 1975.
Le régime, en vue de réprimer toute revendication sociale ou politique, n’hésite pas à brandir la menace de séparatisme. En 2011, lors du Primtemps Arabe, le mouvement du 20 février a été accusé d’être manipulé par le Polisario et l’Algérie. En 2017, le Makhzen, dans le but de diabolier le Hirak de la région du Rif et justifier sa répression, il a été qualifié de séparatiste. ET AUJOURD’HUI C’EST LE ROI EN PERSONNE QUI S’AFFICHE AVEC LE PLUS HAUT RESPONSABLE DU POLISARIO DANS LA PHOTO DE FAMILLE DE L’UNION AFRICAINE!
Dans ce contexte se situe toute la propagande du gouvernement marocain concernant la prétendue adhésion du Maroc à la CEDEAO. Le moment de vérité arrivé, la question ne fait même partie de l’agenda de l’organisation ouest-africaine en dépit des millions d’euros offerts aux mercenaires du Sénégal, l’un des membres clés de la CEDEAO. Pire encore, le Maroc a été qualifié par certains médias africains de « cheval de Troie » de la France en Afrique. Cela dit grand sur l’image du Maroc dans le continent de Patrice Lumumba et Thomas Sankara.

Pour rappel, le hacker Chris Coleman avait dévoilé en 2014 l’intention du Maroc de parasiter les organisations régionales africaines dans le but de camoufler son isolement et son absence à l’Union Africaine. L’échec de ses plans a poussé Rabat à demander l’adhésion à l’organisation panafricaine.

Comments are closed.