Communiqué du Secrétariat National de La Voie Démocratique

La Voie Démocratique appelle à soumettre toutes les institutions, et à leur tête l’institution monarchique, au principe de lier la responsabilité à la reddition des comptes, à continuer à soutenir le hirak du RIF et à constituer un front uni pour diriger la lutte populaire

Le Secrétariat National de la Voie Démocratique s’est réuni, en session ordinaire, dimanche 30 juillet 2017 et a discuté les plus importantes actualités de notre pays, notamment en ce qui concerne le mouvement populaire (le Hirak) ses perspectives, le sort des détenus et des victimes des campagnes de répression et également le discours royal de 29 juillet de cette année qui trace les orientations officielles à terme comme suit :
Au niveau politique : une orientation vers plus de despotisme de pouvoir personnel atout en attribuant la responsabilité de la détérioration de la situation actuelle du pays aux partis politiques. 0r c’est le makhzen qui a supervisé la création de plusieurs partis qui lui sont subordonnés (partis administratifs), de syndicats et associations de la société civile domestiqués ainsi que la falsification des élections. Parallèlement quelques forces d’opposition ont été réprimées, corrompues et apprivoisés. Ce qui a conduit à leur perte de crédibilité et leur marginalisation comme en atteste le très faible taux de participation aux élections. C’est ainsi que l’institution monarchique s’est retrouvée seule confrontée aux revendications et protestations du hirak actuellement et précédemment le mouvement du 20 février.
-l’obstination à mettre en œuvre l’approche sécuritaire contre les protestations des masses populaires, l’instauration d’un Etat qu’on peut qualifier de policier et la légitimation des interventions des forces d’ordre qui ont violemment et abusivement dispersé les protestations pacifiques des citoyens.
Au niveau économique et social: le renforcement du libéralisme sauvage en prodiguant les louanges du secteur privé et en sous-estimant le rôle et l’importance du secteur public , notamment les fonctionnaires, sans se préoccuper des conséquences fâcheuses de la politique de privatisation . Cette dernière a approfondi la dépendance, les disparités sociales et l’offensive contre les droits de la classe ouvrière reconnus par un code de travail favorable u patronat. Aussi un échec effroyable au niveau de la diminution des disparités sectorielles et interrégionales et des indicateurs de développement humain, sans évoquer la responsabilité principale de l’Etat dans le sabotage du secteur public, principalement des secteurs vitaux tels que l’enseignement et la santé.
En ce qui concerne les détenus du mouvement populaire( le Hirak) : La décision de la mise en liberté de certains et la détention de la majorité d’entre eux, notamment les leaders , imposée par la lutte ,a été décevante et loin des aspirations des familles des détenus et l’ensemble des masses populaires participantes au hirak ou sympathisantes .
Par ailleurs l’opinion publique n’a pas été mise au courant des résultats des investigations prévues par le dernier conseil ministériel á propos du ralentissement de la réalisation des projets prévus pour la région d’ Al Hoceima.
Un silence douteux règne sur l’état de santé critique du jeune imad laatabi hospitalisé à l’hôpital militaire de Rabat. Rabia al ablaq, en grève de la faim depuis 35 jours, risque la mort sans qu’aucune information ne filtre le concernant.
Le Hirak est en état d’élargissement touchant même certaines régions rurales isolées dont la population proteste contre la cherté du coût de la vie son droit à l’eau potable et à l’infrastructure et pour le droit à l’eau potable et à l’infrastructure .
Ce qui précède montre l’effondrement de la démocratie de la façade et que le Makhzen se trouve dans l’impasse et ne peut s’en sortir qu’en ‘ayant recours à la politique de répression et d’austérité en s’appuyant sur le pôle sécuritaire dominant le pouvoir et aussi sur les catégories les plus féroces au sein du bloc de classe dominante(la maffia makhzenienne).
Sur la base de ce qui prècède, la Voie Démocratique :

1-félicite Célia l’ex-détenue pour sa libération ainsi que les autres détenus mis en liberté et leurs familles. Elle revendique aussi la libération inconditionnelle de tous les détenus et la cessation des poursuites contre les activistes de Hirak et la satisfaction de leurs revendications après négociation avec leurs dirigeants et leur permettre de participer à la supervision et contrôle de la réalisation des projets.
2- revendique des éclaircissements sur l’état de santé de imad laatabi et permettre à sa famille et aux associations de droit de humains de lui rendre visite et considère que L’Etat assume la responsabilité de sa vie et celle de Rabiaa Al ablaq.
3-considère que la réalisation des revendications se fera par l’élargissement du Hirak et son renforcement par le symbiose avec les masses populaires afin d’élaborer leurs revendications et les défendre et paver le chemin du salut.
4.considère que l’institution monarchique, étant donné sa position dominante dans le régime politique établi, est le responsable fondamental de la dégradation de la situation actuelle de notre pays et qu’elle doit être soumise au principe consistant à lier la responsabilité à reddition des comptes énoncé á l’article 1 de la constitution de 2011.
5-appelle á l’union pour affronter les prochains défis à savoir la répression, l’austérité et la violation des libertés et des droits sociaux et à l’édification d’un front socio-politique pour la direction et l’unification de la lutte populaire pour se débarrasser du Makhzen et l’instauration d’un régime démocratique basé sur la souveraineté du peuple ,la séparation des pouvoirs ,la séparation entre la religion , l’Etat et la politique. Ce qui exige l’établissement d’une constitution démocratique élaborée par une assemblée constituante et soumise à ratification par référendum populaire libre et transparent .

 

Source

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*