Fusillade devant un palais saoudien à Jeddah

Selon le ministère de l’Intérieur saoudien, un homme armé a tué deux gardes samedi à l’entrée d’un des palais de la famille royale saoudienne à Jeddah, ville sainte de l’Ouest de l’Arabie Saoudite.

Dans un communiqué relayé par l’agence de presse officielle SPA, le ministère a précisé que l’auteur, armé d’une Kalachnikov, est parvenu aussi à blesser trois gardes, avant d’être assommé par les services de sécurité du palais.

« Un poste de la Garde royale a été visé par des tirs d’une personne sortant d’une voiture », a indiqué le ministère ajoutant que l’assaillant était âgé de 28 ans.

Plus tôt dans la journée de samedi, l’ambassade des États-Unis en Arabie saoudite avait appelé ses ressortissants à la prudence à la suite d’informations sur une attaque menée à proximité du palais royal de Jeddah.

Cette attaque survient alors que l’Agence pour la sécurité de l’Etat a annoncé jeudi le démantèlement d’une cellule « terroriste » liée au groupe jihadiste Etat islamique (EI). Deux des membres de la cellule ont été tués et cinq autres arrêtés, selon la même source.

L’assaut a été mené mercredi contre trois sites suspects à Ryad et la police a essuyé des tirs sur l’un d’entre eux, avait rapporté l’agence de presse officielle saoudienne SPA.

Depuis 2014, l’Arabie saoudite, royaume ultraconservateur, a été la cible de plusieurs attentats meurtriers revendiqués par l’EI. L’organisation extrémiste sunnite cible généralement les forces de sécurité et les musulmans chiites qu’elle considère comme hérétiques.

Le royaume saoudien est membre de la coalition internationale anti-jihadistes dirigée par les États-Unis qui opère en Irak et en Syrie.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.