G-5 : Macron qualifie la position mauritanienne de « trop dure »

L’information a été rapportée par un reportage de France 2 sur les activités du président français Emmanuel Macron à New York en marge des travaux de l’Assemblée Générale de l’ONU.

Questionné par une journalistes française, Macron affirme que la France a une « une crédibilité militaire à quelques-uns qui nous permet d’être entendus et une puissance diplomatique ».

« Je crois que nous avons une crédibilité militaire à quelques-uns qui nous permet d’être entendus et une puissance diplomatique », rappelle-t-il. « Mais je pense que d’abord le rôle d’une puissance comme la France n’est pas de faire la guerre mais plutôt de construire la paix, et ensuite je pense que les solutions procèdent d’une très grande coordination entre les forces en présence », a-t-il ajouté.

« Et l’ONU, ce n’est pas le cimetière des illusions perdues ? », s’interroge la journaliste. « Je ne le crois pas », répond Macron. Sans plus.

Macron se rend à la résidence de l’ambassadeur de la France à New York et ils rencontre le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres. Ce dernier semble très attentif aux préoccupations françaises, ce qui ne rassure pas trop les sahraouis qui l’accusent d’être corrompu par le Maroc.

« J’essaie de convaincre les américains », affirme Guterres, en allusion au financement recherché pour la force du G-5. Macron intervient comme pour affirmer la fidélité du Chef de l’ONU : « Lui, il sait très bien son truc ».

Craignant un enlisement de la conversation, le conseiller de Macron intervient pour rappeler la présence d’une caméra de télévision.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.