Le Guatemala refuse d’accepter les lettres de créance d’Anders Kompass, « le ripoux » suédois

Anders Kompass avec son ami marocain, Omar Hilale

Il s’appelle Anders Kompass, ancien directeur des opérations de terrain du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’homme (HCDH) dont le siège se trouve à Genève.
L’histoire du diplomate suédois a été dévoilée en 2014 par le hacker qui se faisait appeler Chris Coleman. Il l’appelait « le ripoux » pour son étrange relation avec l’ex-représentant permanent marocain à Genève, Omar Hilale, et qui exerce désormais à New York. En fait, leur relation n’était pas si étrange que ça. Omar Hilale a su exploiter la nature de Kompass en sa faveur au point que la dévotion au Maroc du suédois est devenue sa raison d’être. Le volume des informations confidentielles remises par Kompass a carrément saboté les plans du HCDH concernant la situation des droits de l’homme au Sahara Occidental. Sa grossièreté est allée jusqu’à refuser de rencontrer les ONG sahraouis dans le siège de la MINURSO. Hilale lui avait interdit cela.

Grâce à des fonctionnaires onusiens corrompus comme lui, la matraque continue de s’abattre contre la population du Sahara depuis plus de 40 ans.

Grillé par sa trahison à l’éthique onusienne, il a été viré par l’ONU et repris par son pays natal, la Suède qui l’a reçu comme un héros. Il fait la une de nouveau dans la presse de la Suède. Le Guatemala vient de refuser ses lettres de créance en tant qu’ambassadeur dans ce pays latinoaméricain.

Comments are closed.