Histoire du Maroc : la reddition d’El Khattabi (vidéo)

La grotte où se cachait Abdelkrim des troupes espagnoles lors de la guerre du Rif

Entre 1921 et 1926, la Guerre du Rif enflamme le Maroc.

De sa montagne au relief tourmenté, un jeune chef berbère, Abdelkrim, défie les deux puissances européennes qui occupent son pays, l’Espagne et la France.

Rien ne semble pouvoir arrêter les troupes du rebelle qui écrasent l’armée d’Alphonse XIII, massacrent des milliers de ses soldats et provoquent la chute de la fragile monarchie parlementaire espagnole.

Après l’Espagne, c’est au tour de la France de prendre de plein fouet l’explosion rifaine. Le choc entre la République coloniale et l’éphémère République du Rif est d’une brutalité inouïe. La Guerre du Rif voit se croiser ou s’affronter des hommes aux destins exceptionnels.

 

 

Dans la canicule des djebels, Lyautey, Juin, de Lattre de Tassigny, Catroux, Giraud connaissent la peur de voir l’armée française battue par des paysans berbères, alors qu’à Paris Doriot, Cachin et Thorez associés aux surréalistes pourfendent l’impérialisme d’un Painlevé ou d’un Briand. Pétain est appelé en sauveur du sultan du Maroc et en tombeur de Lyautey.

Sous le gouvernement du dictateur Primo de Rivera, un jeune officier du Tercio, Franco, se forge une réputation de militaire impitoyable.

Lutte sans merci pour la liberté, conflit oublié de l’histoire coloniale, la Guerre du Rif éclaire encore aujourd’hui par bien des aspects les liens très spéciaux de la France et du Maroc, tout comme la sensibilité des rapports du royaume chérifien avec l’Espagne.

 

Tags : Maroc, Rif, Hirak, Guerre du Rif, colonialisme

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*