La presse espagnole accuse les services secrets marocains d’apprendre les subsahariens à affronter les services de sécurité espagnoles

On les appelle les  » hiboux  » et ce sont des agents de la Gendarmerie espagnole infiltrés dans les camps d’immigrants, nombreux au Maroc, devant les frontières de Ceuta et Melilla. Leur travail est d’enquêter sur l’origine de ces immigrants, les variations de leur nombre, les pays d’où ils viennent, qui les dirige, s’ils sont manipulés par les mafias et qui sont les têtes de cette mafia. Mais ils ont observé que quelque chose de déconcertant se passe au pays voisin : il semble que les immigrants ont été formés pour ses violentes assauts sur les clôtures frontalières par des agents qui sont soit des djihadistes, soit un groupe  » non contrôlé  » des services secrets marocains.

Or, ces  » hiboux  » et policiers infiltrés ont détecté qu’il y a des agents non identifiés du côté marocain qui sont en train d’apprendre les immigrants à utiliser la violence dans leurs assauts contre les grillages métaliques qui protège les deux enclaves espagnols, comme l’agression récente dans la zone de Finca Berrocal, le point le plus faible de la frontière avec Ceuta en raison des angles morts où les caméras ne peuvent pas détecter les immigrants. Ces  » agents non identifiés  » qui forment les subsahariens aux arts de la guérilla pourraient être des djihadistes ainsi que des membres des services secrets marocains. Cela n’est pas encore très clair.

C’est pourquoi, selon nos sources, dans cette dernière confrontation avec la Garde Civile et les forces de sécurité marocaines à Ceuta, les subsahariens ont utilisé, en plus de l’arsenal habituel de poteaux, de masses ou de cisailles, d’autres types d’outils très meurtriers, tels que des radians à piles et, pour la première fois, de la chaux vive et des lance-flammes artisanaux faits à partir de sprays. Vingt-deux agents ont dû être traités pour des blessures plus ou moins graves, dont cinq à l’hôpital pour des brûlures chimiques.

Source : Extraconfidencial

 

Tags : Maroc, Espagne, Ceuta, Melilla, subsahariens, migration

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*