Le gouvernement allemand propose de classer la Tunisie, le Maroc et l’Algérie parmi les pays « sûrs »

Le gouvernement allemand veut ajouter les trois Etats maghrébins et la Géorgie sur sa liste des pays sans risque, rapporte Deutsche Welle sur son site Internet. Le média allemand se pose toutefois la question de savoir si cette mesure sera adoptée par la Chambre haute du Parlement allemand, le Bundesrat, où elle n’a pas été acceptée l’année dernière.

« Le gouvernement allemand présentera une nouvelle législation déclarant que la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et la Géorgie sont des ‘pays sûrs’. La décision a été prise après la réunion hebdomadaire du cabinet de la chancelière Angela Merkel mercredi à Berlin », précise DW.

Une loi qui rendrait légales les expulsions de migrants dans leurs pays d’origine

Mais si elle était promulguée, la modification de la loi permettrait à l’Allemagne de renvoyer les personnes issues de ces pays vers leurs Etats respectifs, qui, estime DW, ont « souvent été accusés de violations des droits de l’homme ».

« Cela signifie également que les ressortissants de ces pays ‘sûrs’ ne pourront plus invoquer leur droit à l’asile », a déclaré le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, ajoutant que le projet de loi constituait « une contribution importante » aux efforts de l’Allemagne pour concilier ses préoccupations humanitaires avec son « désir de maintenir l’ordre ».

Rappelant que les demandes d’asile des ressortissants des pays concernés avaient un taux de succès de moins de 5%, M. Seehofer a précisé que ceux de ces ressortissants qui étudiaient ou travaillaient légalement en Allemagne seraient exemptés de ces expulsions.

« La classification de ces Etats [comme étant sûrs] est attendue depuis longtemps », a déclaré le vice-président du groupe parlementaire conservateur CDU/CSU, Stephan Harbarth, dans un communiqué. « Malheureusement, il est également vrai que les migrants de ces pays sont impliqués de manière disproportionnée dans des actes criminels. »

Probable opposition du Parti vert allemand

Les seize Etats fédéraux allemands, et non le gouvernement fédéral, sont responsables de la mise en place des expulsions de migrants. Le projet de loi doit donc être approuvé non seulement par le Bundestag, où le gouvernement est majoritaire, mais aussi par la Chambre haute du Parlement, le Bundesrat.

« Comme Seehofer l’a reconnu, cela laisse le gouvernement dépendant des partis d’opposition comme les Verts », estime le média allemand. Or le Parti vert allemand, de centre gauche, pourrait s’opposer à cette proposition de loi. En effet, mercredi matin, Robert Habeck, élu à la tête de l’Alliance 90 / Les Verts, a déclaré à des journalistes allemands que «les pays d’origine soi-disant sûrs ne résolvent aucun problème». « S’il s’agit de renvoyer les gens des pays du Maghreb, il faut des accords de retour qui fonctionnent. Et s’il s’agit de lutter contre la criminalité en Allemagne, il faut une force de police bien équipée », a-t-il déclaré. « Et c’est toujours un fait que les journalistes, les minorités et les homosexuels ne sont pas à l’abri des persécutions et des arrestations dans les pays du Maghreb », a estimé M. Habeck.

Source : Le Diplomate Tunisien

Tags : Maghreb, maroc, algérie, tunisie, terrorisme, migration, allemagne

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*