Le Maroc à la recherche d’un leader charismatique (El Pais)

Le succès du boycott citoyen de trois grandes entreprises affaiblit la crédibilité du gouvernement et de l’opposition

Nous sommes au Ramadan. Et au Maroc, comme dans de nombreux pays musulmans, le rythme de vie est plus calme. C’est la période de l’année où la consommation est plus grande, la journée de travail est généralement raccourcie et les mosquées sont fréquentées plus que jamais. Cependant, un mouvement de protestation puissant, incontrôlable et imprévisible accompagne cette placidité trompeuse. Le 20 avril, une campagne contre le coût élevé de la vie qui a appelé au boycott de trois entreprises hégémoniques dans ses secteurs est née sur Facebook. Les marques concernées sont le lait Centrale (appartenant au groupe Danone, avec une part de 5% du consortium industriel du roi Mohamed VI), l’eau Sidi Ali et de la chaîne station-service Afriquia, appartenant à Aziz Akhnouch, le ministre de l’agriculture et de la pêche depuis 11 ans, le deuxième homme le plus riche du pays après le roi, et chef du Rassemblement national des indépendants (RNI, libéral), formation clé de la coalition de cinq partis qui composent le gouvernement.

Face à ce boycott, qui continue de progresser devant le regard des dirigeants comme une balle dans le bowling, aucun dirigeant n’a réussi à convaincre la population d’arrêter l’inertie. L’homme politique le plus charismatique du Maroc, l’islamiste Abdelilah Benkiran, ancien secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD) garde sa distance du pouvoir depuis la décision du roi Mohamed VI de le limoger en Mars 2017. Benkiran avait remporté les élections législatives de 2016 avec un résultat record: 125 des 395 sièges au Parlement. Mais le monarque l’a licencié après cinq mois au cours desquels Benkirán a échoué à former un exécutif de coalition parce qu’il a refusé d’accepter les conditions exigées par Aziz Akhannouch. Le roi a nommé à sa place à Saadedín El Otmani, le deuxième homme du PJD.

El Otmani est arrivé avec une image de consensus et un profil discret. Il est toujours discret, mais la discrétion ne l’a pas aidé à gagner la confiance face aux manifestations d’Al Hoceima ou de Jerada, où les habitants ont également dénoncé les conditions de vie misérables. Ses hésitations au moment de traiter la question du boycott ont également diminué sa crédibilité. Il a d’abord choisi le silence, puis le porte-parole de son gouvernement a menacé de poursuivre quiconque aurait diffusé de fausses informations concernant le boycott. Enfin, il a déclaré cette semaine que le boycott est un « cri de douleur » d’une partie de la classe moyenne et qu’il ne va pas ignorer ce phénomène ni faire comme s’il n’existait pas.

En novembre, El Otmani a réussi à pousser le Conseil national du PJD à voter contre un éventuel troisième mandat de Benkirán en tant que secrétaire général du parti. Mais il a gagné avec seulement 25 voix sur un total de 231. La soi-disant «fraternité» du PJD était plus divisée que jamais. Le 1er mai, El Otmani a été hué à Casablanca par des membres de l’Union Nationale des Travailleurs du Maroc (UNTM), la branche syndicale de la Ligue Islamique.

Dans le système politique marocain, il est impossible qu’une seule formation obtienne la majorité absolue. Les partis gouvernent en coalition et cela ne facilite pas les leaderships de poids. Le roi a toujours le dernier mot. Le gouvernement est maintenant composé de cinq partis. Parmi eux, les islamistes ont été les plus votés. Dans l’opposition se trouve la deuxième formation en voix dans les élections législatives de 2016, le Parti Authenticité et Modernité (PAM), fondé en 2008 par le conseiller actuel du roi Fouad Ali Himna pour lutter contre la poussée des islamistes.

Celui qui était jusqu’à présent chef du PAM, le rifain Ilias El Omary, a été affaibli après avoir perdu face à Benkiran en 2016. Et il a été discrédité davantage à cause de son manque de rôle lors des manifestations du Rif, malgré qu’il est rifain et Président de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Le parti vient de nommer un nouveau secrétaire général la semaine dernière. Il vient aussi d’Alhoceima et s’appelle Hakim Benchemach. L’un de ses principaux messages jusqu’ici a été de dire qu’il n’est pas une marionnette d’Ilias l’Omary. Il lui reste encore trois ans à la tête de la principale formation d’opposition.

La personne la plus touchée, peut-être, par le boycott, en plus du chef du gouvernement, est Aziz Akhannouch, leader du RNI, le grand concurrent contre les islamistes pour les législatives de 2021. La campagne a mis en évidence son point le plus vulnérable: le conflit d’intérêts entre le poste et les affaires. La marge bénéficiaire qu’il a pu obtenir en tant que principal distributeur de carburant est aujourd’hui plus que jamais mise en cause. En tant que ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Akhannouch a déclaré dans la première semaine de la campagne: « Les produits marocains continuent d’évoluer et la réalité sur le terrain ne va pas être arrêté par le web (…) Ce n’est pas un jeu, si vous voulez jouer allez ailleurs ». La réalité quotidienne a prouvé le contraire: Centrale Danone a annoncé la semaine dernière qu’elle avait réduit de 30% ses achats de lait auprès des agriculteurs. Ce qui peut se traduire par un manque de revenus pour des centaines de familles. En effet, ce n’est pas un jeu. Mais personne ne sait comment l’arrêter. Au début du Ramadan sur Facebook, le boycott a également été élargi au poisson, pour dénoncer l’augmentation des prix. Et cette fois, le ministre de l’Agriculture et des Pêches n’a fait aucune déclaration.

Mohamed Daadaoui, professeur de sciences politiques à l’Université américaine d’Oklahoma et auteur d’un livre sur la monarchie marocaine et le défi islamiste, exprime par courrier électronique son point de vue sur la crise de leadership: « La cause de ce phénomène est que le régime tente constamment d’affronter les nouveaux défis de l’État avec les vieux outils autocratiques; tel que démontré par le mouvement de protestation (Hirak, en arabe) dans le Rif ». Daadaoui estime que si le Palais Royal, n’avait pas « appauvri » la scène politique et « castré » ses joueurs les plus prometteurs, les revendications de la rue auraient été « absorbées » par la société civile et les institutions.

Benkirán a gardé le silence depuis le début du boycott jusqu’au week-end dernier lorsqu’il a appelé à l’arrêt du boycott du lait de Centrale Danone. Mais cette défense lui a suscité des critiques dans certains médias. Plusieurs ministres islamistes du PJD ont également défendu les intérêts de Centrale Danone et cela a porté atteinte à leur popularité. Dans les réseaux, le Parti de la Justice et du Développement Islamiste (PJD) a été surnommé le Parti Justice et Danone.

Entre-temps, les divisions au sein du PJD se multiplient. Le site numérique LeSite a révélé la semaine dernière que plusieurs membres du PJD ont visité Benkiran à la maison et l’ancien Premier ministre a critiqué son successeur en tant que chef du parti et du gouvernement en ces termes: « Le problème du frère El Othmani est que les gens voulaient qu’il soit un imam, alors que son rôle se limite à celui d’un muezzin [celui qui appelle à la prière des fidèles] ». Parlé en langue catholique: les gens s’attendaient à un prêtre et ils se sont retrouvés avec un garçon d’autel. Et Benkirane a encore dit, selon la source citée: « Le problème ne réside pas dans la perte de popularité, mais dans la crédibilité. (…) Si nous perdons notre crédibilité, notre présence sur la scène politique n’a aucun sens « .

Entre-temps, le roi ne s’est pas encore prononcé sur le boycott.

Source : El Pais

Traduction non officielle de Maroc Leaks

 

Tags : Maroc, boycott, Aziz Akhannouch, RNI, PJD

2 Comments

  1. Prétendre à l ‘imama par les membres du Pjd eux qui ne rêvent que de cela , eux qui sont les portes paroles des ulralibéraux des états unis et du Fmi, eux dont le mandat du FMI ( leurs alliés évangélistes )avec leur chef Benkiran ont écrasé le pouvoir d ‘achat et la petite entreprise marocaine. Benkiran qui a vu la dette de maroc exploser lorsqu’il passait son temps à faire le zugoto

    Le Pjd et benkiran sont le cancer ultraliberal et sa métastase à éradiquer et il est du devoir de chacuns de nous épris de justice et d ‘humanité de les stopper et de les renvoyer au Fmi et aux études.

    Nous les combattrons car benkiran et Pjd ont trahi le mandat populaire confié par peuple . Et nous les jugerons.

  2. Dans les pays démocratiques , comme les pays scandinaves , USA et autres lorsqu’on fait la politique on ne peut pas faire du commerce ou être dans des affaires à but lucratif.
    Au Maroc même le ROI Mohamed 6 , qui a une entré 64,5 plus grand que le roi des Belges n’est pas rassasié , le roi a 5% de Danone et des pourcentages dans toute les grosses entreprises au Maroc .
    DONC CONFLIT D’INTÉRÊT GÉNÉRAL .

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*