Les parents de Nasser Zefzafi: « Nous vivons des journées passionnantes au Maroc »

Il y a exactement deux ans que les manifestations dans la région du Rif au Maroc ont commencé. Sous la direction du militant Nasser Zefzafi, les rifains sont descendus dans les rues contre la corruption et pour le développement de leur région. En mai 2017, Zefzafi a été arrêté avec d’autres membres du mouvement de protestation. L’été dernier, lui et d’autres militants ont été condamnés à des peines de prison pouvant aller jusqu’à 20 ans. VRT NWS s’est entretenu avec ses parents à Bruxelles.

Le « Hirak » a vu le jour en octobre 2016 après le décès de Mohsine Fikri, un poissonnier de la ville d’Al Hoceima, qui a pris fin de manière humiliante après une émeute avec la police des douanes. La douane a décidé de jeter sa marchandise, 500 kg d’espadon, dans le camion à ordures. Il y avait une interdiction de pêche cette période.

Mais selon les manifestants, des officiers corrompus voulaient un pot-de-vin que le pêcheur ne pourrait ou ne voudrait pas payer. Fikri a finalement sauté dans le camion à ordures derrière pour récupérer sa cargaison. Il était écrasé. Il s’en est suivi des manifestations de masse contre la corruption, le chômage et les privations dans la région, à Al-Hoceima et ailleurs au Maroc. Bientôt, le militant Nasser Zefzafi est devenu la figure de ces manifestations.

Ce mois-ci, le Parlement européen décerne le prix Sakharov. Il s’agit d’un prix annuel décerné à des personnes qui se distinguent par des réalisations exceptionnelles dans le domaine des droits de l’homme et de la liberté de pensée. Un certain nombre de parlementaires européens, dont Kathleen Van Bremt (SP.A), ont proposé la candidature de Nasser Zefzafi à ce prix et ont invité ses parents au Parlement européen.

« Les militants sont un modèle de manifestation pacifique »

« Nous vivons des journées passionnantes », a déclaré Ahmed Zefzafi. « C’est à cause des arrestations, des perquisitions à domicile et de la torture des activistes de Hirak. » Selon lui, les jeunes participant aux manifestations venaient principalement de quartiers défavorisés du Rif. « Pourtant, ils étaient un modèle pour les manifestations pacifiques. Au cours des manifestations, ils ont créé des chaînes humaines pour protéger les lieux publics et même les postes de police », explique le père.

« Mon fils croit toujours à sa cause »

« La dernière fois que j’ai parlé à Nasser, il était en bonne forme physique et mentale », a déclaré Zoulikha SIHADDOU. « Mon fils croit toujours à sa cause, à savoir exiger des hôpitaux, du travail et une meilleure éducation. » Selon la mère, il y a une pénurie de soins de santé. Selon elle, de nombreux patients atteints de cancer dans le Rif n’ont pas accès à un traitement dans la région. « Je suis très reconnaissante envers ces personnes. C’est grâce à un certain nombre de personnes qui m’ont aidé à aller à l’hôpital et à me faire soigner. »

« La médiation échoue »

Selon Ahmed Zefzafi, toutes les tentatives de médiation ont échoué jusqu’à présent. « J’ai également fait office de médiateur entre les prisonniers politiques et le gouvernement, mais personne n’a répondu à mon appel. » Le fait qu’il vienne réclamer la libération de son fils et d’autres militants du Parlement européen n’est pas destiné à mettre le gouvernement marocain à l’épreuve, a déclaré Ahmed Zefzafi. Il espère une médiation européenne pour résoudre cette affaire.

Le mouvement de protestation a également reçu beaucoup de soutien des rifains d’Europe ces deux dernières années. Des milliers de personnes sont venues dans les rues de Bruxelles et d’autres villes européennes pour exprimer leur soutien aux prisonniers politiques. Un certain nombre de militants flamands et néerlandais sont également présents lors de la visite des parents de Nasser Zefzafi au Parlement européen. Selon eux, l’incrédulité est encore grande après la condamnation de Zefzafi et d’autres militants. Dans le verdict, le juge a parlé d’une « conspiration de Zefzafi visant à compromettre la sécurité du pays ». Sur Facebook, les activistes ont retransmis la réunion avec les parents afin que les rifains puissent également suivre.

« Le soutien européen doit atteindre tous les marocains »

Malgré l’importance des manifestations dans la région du Rif auprès de nombreux Européens marocains, l’Europe ne touche pas du doigt la plaie, a déclaré Kathleen Van Brempt (SP.A). « L’Europe négocie avec le Maroc sur la pêche et la migration, mais ils osent aussi trop peu parler des droits de l’homme », a déclaré Van Brempt. Elle demande que les fonds d’investissement, que l’Europe accorde au Maroc, atteignent tous les Marocains. « Les habitants du Rif ont également le droit de faire de bons investissements pour assurer un avenir meilleur. »

Source : NWS

Traduction : Rachid Oufkir

Tags : Maroc, Rif, Hirak, Makhzen

3 Comments

  1. «Selon elle, de nombreux patients atteints de cancer dans le Rif n’ont pas accès à un traitement dans la région.»

    C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on a tant d’immigrés en France…

  2. « L’Europe négocie avec le Maroc sur la pêche et la migration, mais ils osent aussi trop peu parler des droits de l’homme »

    L’Europe négocie surtout sur le trafic de drogue, ce qui permet aux banlieues ghettos d’Europe de ne pas exploser…bien entendu tout cela avec la complicité de l’Espagne !

  3. « -Le fait qu’il vienne réclamer la libération de son fils et d’autres militants du Parlement européen n’est pas destiné à mettre le gouvernement marocain à l’épreuve, a déclaré Ahmed Zefzafi. Il espère une médiation européenne pour résoudre cette affaire.-« …… Lit-on sur l’article.

    Voilà un homme dont on n’aurait jamais entendu parler, nulle part, si les circonstances ne l’avaient révélé au grand jour et poussé sous les projecteurs des médias. Un homme de raison, de culture, de diplomatie innée, d’à-propos, mais aussi homme de la situation : Si Ahmed Zefzafi.
    Voilà un compatriote dont nous pouvons être fier. Et pourtant, c’est un homme simple, avec peu de moyens matériels, mais une personnalité qui force le respect et l’admiration.
    Personne n’aurait jamais pu entendre parler de cet homme, alors qu’aujourd’hui, il est applaudi sur toutes les tribunes de Europe où il prend la parole.

    La question qui se pose est : Combien y a t-il de Ahmed Zefzafi parmi le peuple marocain ? Si le hasard pouvait les mettre en lumière, ils se compteraient par milliers. Des hommes de cette trempe, il y en a beaucoup au Maroc. Des hommes de valeur et de principes, capables de grandes actions pour le seul précepte de rétablir la vérité et faire triompher la justice.
    Pourquoi ces hommes et ces femmes ne peuvent-ils pas gérer leur propre pays ? Comment aurait été le peuple marocain aujourd’hui s’il avait eu le bonheur d’être gouverné par lui-même ?

    Ces personnes intègres, dignes et méritoires n’ont absolument rien à voir avec ces parasites, avec ces sous-hommes obséquieux que la monarchie yahoudite a fabriqué pour être servie au pas, et qui gouvernent le Maroc depuis 1956, sans le consentement libre de son peuple.

    Il est temps de remettre la pendule de l’histoire à l’heure et de chasser définitivement ces sangsues, pour pouvoir enfin commencer une ère nouvelle, débarrassée de cette monarchie maladive et de sa schizophrénie, de son ignoble cortège de crimes, de torture et de répression.
    Vive la République.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*