Lettre ouverte au roi du Maroc

Monsieur,

A vrai dire, je ne sais même pas si je dois vous appeler « Monsieur », avec tout ce que je sais désormais sur vous, cependant je vous écris une dernière fois, en langue française, puisque vous êtes toujours dans votre château à Betz. Je vous déclare donc publiquement que je suis dorénavant un marocain républicain affirmé et d’ailleurs, je n’ai jamais été un royaliste, au cas où vous l’ignorez.

Après la mort de votre père qui avait infligé tant de souffrances à mes compatriotes, j’avais cru un instant qu’une page avait été tournée, et que finalement les marocains pourraient vivre dignement sous le beau soleil de leur pays, raison pour laquelle j’avais décidé de retourner chez moi en l’an 2003. Mais hélas, il n’en était rien, les chiens ne font pas des chats, comme le dit le dicton français ! Nous avons tous été floués et trahis encore une fois.

Après tant d’années d’exil et de labeur, j’ai été très déçu car j’ai vécu une véritable persécution : spoliation de mes biens, agression physique et morale, incarcération,… qui m’ont poussé de nouveau à quitter le pays sans rien, comme il y a trente ans, avec mes deux enfants.

A ce propos, suite à mes plaintes que vous avez bel et bien reçues, puisque vous avez chargé votre conseiller, le Ministre de la Justice et votre avocat de s’occuper de mon dossier qui datait de l’année 2004, il s’est avéré que cette intervention de vos sbires n’ était qu’une mascarade sordide, puisqu’on a exigé que je me prosterne et que je signe une fausse déclaration me rendant responsable de toutes ces injustices, par la perte de la copie exécutoire des jugements, qui avait soi-disant disparu, d’après votre avocat, et qui fut finalement retrouvée, selon votre ministre de la « justice et des libertés» !

En effet, ces faits troublants sont dignes d’un film sur la Mafia, et je n’ai pas manqué de les contester et de vous en informer, ainsi que vos complices, par lettres recommandées AR et aussi toutes les associations bidons des droits de l’homme au Maroc, en vain.

Toutes ces misères, alors que je ne demandais que ma propre maison, sont révoltantes, et je pèse mes mots, et ceci m’autorise à vous déclarer que votre justice est lamentable, à l’image de tout le système.

Alors que vous méprisez les marocains en construisant des terrains de football, des villes, et des hôpitaux,…ailleurs, des innocents croupissent dans vos geôles inhumaines juste pour avoir réclamé une université et un hôpital dans le Rif martyrisé depuis une éternité.

Et pendant ce temps « Monsieur », indifférent à tous nos malheurs, vous envoyez même des petits français de Betz en vacances au Maroc, au détriment des enfants du Haut-Atlas qui crèvent de froid en ce moment même. Honte à vous !

Ma triste histoire personnelle n’aurait aucune importance en soi si elle n’était pas emblématique de la réalité d’une monarchie féodale archaïque insupportable qui n’a plus sa place dans le monde moderne.

Vous pouvez toujours envoyer vos truands exécuter leurs menaces de mort réitérées à mon encontre, cela ne changera rien à votre indignité et l’histoire vous jugera.

Vive le peuple ! Vive la République marocaine ! 

Abdellatif Zeraïdi, artiste-peintre

Source : Alter Info

 

Tags : Maroc, Makhzen, Mohammed VI, Rif, Hirak, Jerada, boycott

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*