L’expérience politique de si BENKIRANE : Un révélateur de dysfonctionnement de notre processus démocratique marocain

Mohammed Habib Samrakandi

Benkirane a forgé sa personnalité politique dans le sillage des idées et idéaux des Frères Musulmans. Il ne le cache pas. Il reconnaît l’évolution de sa pensée, de son parcours politique… Il a combattu à Fès dans le milieu universitaire les tendances estudiantines qui se réclament du marxisme. Il avait dans ses rangs un certain Amer, devenu parlementaire USFP et puis Ministre chargé des Marocains à l’étranger…
Benkirane a maintes reprises rappelé à sa base militante, à Salé, comme ailleurs, les contraintes politiques auxquelles doivent s’adapter les militants du PJD, en particulier Al-Hindam ( barbe à raser et voile à abandonner…). Benkirane sait bien que l’habit ne fait pas le moine. Benkirane a attiré l’attention sur les énormes avantages acquis en intégrant le système politique légal marocain : les succès aux municipales ont permis aux militants du PJD d’abandonner l’esprit de la débrouille et de passer d’un espace de réunion dans les maisons des Militants aux locaux des collectivités territoriales. Tous ces acquis ont un prix : composer avec la Monarchie… accepter sa servitude, même à dose homéopathique… Le PJD n’a pas encore l’habilité de phagocyter le système sans abandonner son éthique.
En fait comment faire avancer dans les réformes d’un compromis à l’autre sans compromission, au risque de vivre la situation des adeptes du Cheikh Yassine : LA MIHNA.
Ce que j’apprécie chez Benkirane : la parfaite maîtrise de la mentalité des marocains et sa transparence relative à l’évolution de son parcours. Ce que je lui reproche : c’est qu ‘il n’a pas fait l’effort nécessaire de s’ouvrir sur le Monde, sur les données de la modernité. Il a peu fréquenté les musées d’Europe, lors de ses déplacements. Et si parfois, il a marqué des haltes, c’était par courtoisie et pour le protocole…
Benkirane a perdu une bataille, mais il n’a pas perdu la guerre. Il restera au centre de la vie politique, mais dans les coulisses. Il va consacrer une grande partie de son temps à écrire ses mémoires, à visualiser les documentaires archivés. Il va nous écrire son expérience politique ou d’autres le feront avec son aide. Il rebondira non pas de ses cendres, mais des leçons à tirer de sa Mihna. De cette épreuve que la Monarchie a fait vivre à tout acteur politique visant le partage du pouvoir. La monarchie a les moyens financiers, a les moyens de sécurité, a les moyens intellectuels, a les moyens de corrompre une partie de l’élite qui a fini par la vénérer… mais elle n’a aucun moyen d’anticiper sur le bruit imprévu de la rue.
Aux acteurs politiques, aux citoyens de la société civile de reconnaître à chaque instant que nos sommes co-responsables du processus démocratique. Afficher des déclarations gratuites de genre : La monarchie a la clé de tout est un tort énorme pour l’avenir même d’un système constitutionnel monarchique social et démocratique
Mohammed Habib Samrakandi

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*