L’île Maurice a demandé au Maroc de dissocier la question du Sahara des relations bilatérales

L’île Maurice a demandé officiellement au Maroc de dissocier la question du Sahara Occidental des relations bilatérales comme condition pour le rétablissement des relations entre les deux pays.

Selon une note diplomatique de Septembre 2012, « lors de sa rencontre avec l’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi à Antananarivo, le Second de l’Ambassade de Maurice a précisé, sur instructions des membres musulmans du Cabinet du premier Ministre mauricien, que « ses autorités souhaiteraient voir le Premier Ministre ou le Ministre des Affaires Etrangères du Maroc entreprendre une visite officielle à Maurice en dissociant de manière très nette les relations bilatérales de la question du Sahara ». D’après lui, « les responsables marocains concentrent toujours leur discussion avec les mauriciens sur l’affaire du Sahara, alors que ses derniers, préféreraient discuter de l’amélioration des relations bilatérales ».

« A part la visite à l’Ile Maurice de trois délégations du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération, 1994, 1996 et 1999, les deux pays n’ont presque pas de contacts. De ce fait, leurs relations sont réduites à leur plus simple expression », ajoute la note.
D’après la même source, « sur la question du Sahara, l’Ile Maurice, qui a reconnu la pseudo RASD en 1982, reste plutôt sensible aux thèses algériennes ».

Le Maroc a trouvé en la personne de l’ancien ministre mauritien des affaires étrangères, Arvin Boolell la personne idéale pour s’inmiscer dans le champ politique mauritien avec ses fameuses outils de corruption et de chantage. Boolell a voulu profiter de la position de faiblesse du Maroc dans ce pays pour demander une « aide » financière en vue de financer sa campagne électorale pour les présidentielles mauritiennes.

 

Pour télécharger ces documents et vérifier leur authenticité, cliquez ici :

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.