Macron: le début du dégrisement ?

Il y a eu indiscutablement un effet Macron qui a séduit les français. Mais compte-tenu des taux élevés d’abstention lors des dernières élections il n’y a jamais eu d’emballement fusionnel entre le peuple français et son nouveau président comme ce fut le cas hier avec d’autres leaders, notamment avec de Gaulle. Aujourd’hui l’effet de séduction du jeune premier Jupiterien commence à s’estomper. Serait-ce le début du dégrisement ?

Les sondages sont sévères. Macron recule vite et fortement. Moins 10% puis moins 15%. Emmanuel Macron fait de plus en plus de mécontents – Le Figaro. A ce rythme Macron va vite rattraper son prédécesseur, François Hollande, dont il a été durant le précédent quinquennat l’un des principaux collaborateurs. Le prodige accompli par Macron, un recyclage instantané époustouflant, aura été de le faire oublier, le temps de gagner l’élection.

Le recul actuel de l’image de Macron dans l’opinion s’explique par le dévoilement progressif d’aspects du projet du nouveau président qui leur avaient échappé. Les français réalisent notamment que la reforme du code du travail risque de revenir sur des conquêtes sociales dont rien ne justifient qu’elles soient mises à la poubelle ni que leur mise au rancart soit la condition d’une nouvelle croissance et de la fin du chômage. Le coup de rabot sur les APL, loin d’être une anecdote, a été dévastateur et révélateur. La vision sociale de Macron apparaît de plus en plus sur les terrain des relations sociales comme une vision de droite conforme à celle du patronat. La «concertation» avec les syndicats» apportera-t-elle des infléchissements heureux? C’est peu probable

La préparation de Loi de Moralisation de la vie publique loin d’aller vers la rupture promise ne toucherait vraiment ni aux privilèges des ministres ni à ceux de la haute administration et aux collusions de celle-ci avec les intérêts économiques et financiers.

Le basculement de l’état d’urgence dans le droit commun dévoile une vision autoritaire, répressive et inquiétante qui, elle aussi, n’est pas justifiée par les circonstances.

L’inélégance cassante avec laquelle le Général de Villiers a été traité a constitué un nouveau mauvais signal tandis que la remise en cause des moyens du budget de la Défense a prouvé une fois de plus que les promesses de campagne n’engagent en rien.

Enfin l’incompétence crasse de nombre des nouveaux élus d’«En Marche» illustre les limites du prétendu renouvellement politique. «La République en Marche» semble se transformer en un parti centralisé et caporaliste oublieux du discours participatif qui enthousiasma ses comités de base durant la présidentielle.

Il n’y a que sur la scène internationale où Macron réussit jusqu’ici ce qui apparaît comme un remarquable sans faute. Mais le temps des relations internationale est un temps long piégé par des contradictions complexes. Il est encore trop tôt pour juger des effets de ce qui n’est pour le moment qu’une brillante gestion communicationnelle d’intentions de résolution de problèmes au demeurant bien analysés.

C’est surtout sur l’avenir de la construction européenne que se jouera la réussite ou l’échec de Macron. Certes le nouveau Président est salué de tous cotés outre Rhin comme ayant stoppé le populisme montant, en France du moins car en Pologne et en Hongrie le populisme est toujours aux commandes. Nous saurons après les élections allemandes de septembre jusqu’où madame Merkel, ou son challenger social-démocrate, ou une éventuelle coalition CDU/SPD seront disposés à aller pour changer l’Europe. Il est permis d’être sceptique. Un chose est sure: si le carcan de l’austérité n’est pas supprimé, et l’hégémonie allemande contrebalancée, l’échec est garanti.

S’il finit dans l’impasse, que fera Macron? Fera-t-il du Fillon, c’est-à-dire de l’austérité autoritaire, mais en plus subtil et à coups de mièvreries communicationnelles, ou aura-t-il assez de flair historique et de cran politique pour changer de cap avec autant de panache et de méthode qu’il en a fait preuve pour parvenir à la tête de l’Etat ?

Le blog des 2 clochers

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*