Maroc : Assassinat d’un étudiant sahraoui et la nouvelle carte Amazigh contre le Polisario

Un étudiant sahraoui succombe à ses blessures et meurt. Abderahim Badri est assassiné par des agents cagoulés suite à de sérieuses affrontements entre des étudiants sahraouis et des voyous marocains dans l’université Ibnou Zohr de la ville marocaine Agadir; une énième crime des autorités colonialistes marocains contre les militants sahraouis.

Après cet assassinat, l’Union générale des étudiants sahraouis a exprimé sa « ferme condamnation du crime commis par l’occupation marocaine contre Abderahim Badri », appelant les organisations internationales des droits de l’homme, les organisations d’étudiants, et les partis politiques à « intervenir immédiatement pour protéger les étudiants sahraouis dans les sites universitaires face à l’oppression de l’Etat occupant ».

L’union souligne en ce sens que le Maroc « continue d’inciter les marocains contre les sahraouis, bien que ces derniers n’ont pas besoin d’être mobilisés en raison de la haine qu’ils portent dans leurs cœurs contre les sahraouis. Une haine inculquée par la propagande du Makhzen ».

Pourtant , et visant à incriminer les étudiants sahraouis, les médias marocains qui gravitent dans l’orbite du projet colonialiste du palais royal déforment les réalités et inversent les faits; selon le site marocain “article19.ma” c’est plutôt un étudiant marocain affilié au MCA (Mouvement Culturel Amazigh) qui était tué par une bande de “séparatistes” http://article19.ma/accueil/archives/93488 . Une histoire médiatisée en pompe par d’autres medias makhzaniens pour travestir la réalité et inciter la haine entre les sahraouis et les amazighs; l’occasion pour les services secrets marocains de nager en eaux troubles et activer ses marionnettes qui usurpent l’identité amazighs en vue de créer la confusion pour des fins politiques.

Dans ce sens, Mounir Kajji, un marocain qui se prend pour un ‘activiste’ du mouvement Amazigh, connu par ses multiples visites explicites à l’état sioniste et ses accointances évidentes avec la DGED paraît être consigné par ses superieurs aux services secrets marocains d’amplifier l’évènement pour faire l’amalgame d’un supposé conflit entre les sahraouis et les amazighs. Ce figure qui souvent sort de sa caverne pour telles missions a organisé le samedi dernier devant le siège du parlement marocain un sit-in au cours duquel le drapeau de la république sahraouie est mis sous les flammes du feu, scandant avec ses sbires des slogans de haine envers les sahraouis et le Front Polisario.

Ce sit-in monté en toutes pièces par la DGED non seulement entre dans le cadre de la politique colonialiste classique de “diviser pour régner” mais vise la provocation et l’incitation des amazighs algériens contre le peuple sahraoui; la nouvelle carte venimeuse pour dénigrer la république sahraouie et ternir l’image du Front Polisario aux yeux des amazighs algériens.

Khalil Asmar

Tags : Maroc, Sahara Occidental, Polisario, Amazigh, Rif, Hirak

One Comment

  1. ses evenement vont affaiblirs les sbires du regimes batard marocains ils n a pas encore compris que le divorces est conssumees notament avec les peuples du Rif est du Sahara Occidental est bientot dans les grandes metropoles casablanca sale rabat meknes fes est bien d autres villes le regne de votre M6 s assombries est sont peuples s exprimera une bonne fois pour toutes contres cette comedies de detournement de l intention populaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*