Maroc : Ce qu’on peut faire avec les 28 millions offerts par Mohammed VI à la Fondation Clinton

Selon le Groupe d’Investigation du journal américain Daily Caller, “Hillary Clinton a fait deux grandes faveurs au Maroc pendant son mandat de secrétaire d’État, tandis que la Fondation Clinton a accepté jusqu’à 28 millions de dollars en dons du dirigeant du pays, le roi Mohammed VI.

“Lisa Jackson, chef de l’Agence de Protection Environmentale (EPA), a tenté de fermer la société Mosaic Company, basée en Floride, en 2011, qui exploite la plus grande installation d’extraction de phosphate aux Etats-Unis. Les liens étroits et la loyauté de Mme Jackson envers les Clinton ont été révélés lorsqu’elle a rejoit le conseil d’administration de la Fondation Clinton en 2013, quelques mois seulement après avoir quitté l’EPA. Jackson est également proche de John Podesta, président de la campagne électorale de Clinton”, afirme le journal américain.

La société phosphatière appartenant au roi du Maroc, l’OCP, a ostensiblement bénéficié de la décision de Jackson de fermer Mosaic. Mohammed VI a donné jusqu’à 15 millions de dollars à la Fondation Clinton via l’OCP.

Mme Clinton a également assoupli les restrictions américaines sur l’aide étrangère au Maroc, permettant ainsi aux fonds américains d’être utilisés dans le territoire du Sahara occidental où l’OCP exploite les mines de phosphate. Les restrictions d’aide découlaient de l’occupation illégale du territoire par le Maroc depuis 1974.

Un courriel que Wikileaks a rendu public la semaine dernière a montré comment Clinton, tout en agissant en tant que secrétaire d’État, a négocié un don supplémentaire de 12 millions de dollars à la Fondation Clinton de la part de Mohammed VI en échange de la tenue de la conférence Global Initiative (CGI) à Marrakech, au Maroc, en 2015. Un autre paiement d’un million de dollars est venu de l’OCP pour couvrir les dépenses de la réunion de CGI.

L’attaque réglementaire contre l’industrie américaine du phosphate a commencé sérieusement lorsque Jackson a lancé un barrage d’initiatives réglementaires intimidantes contre Mosaic. Les préoccupations environnementales au sujet des phosphates remontent à 1979, mais l’EPA n’a pas fait grand-chose pour répondre aux préoccupations liées à l’exploitation des phosphates jusqu’au déménagement de Jackson en 2011.

L’assaut réglementaire contre l’industrie américaine du phosphate comprenait plusieurs organismes, y compris le Department of Homeland Security (DHS). L’EPA a également menacé d’importantes pénalités Superfund, ce qui aurait pu ruiner Mosaic.

Les phosphates sont des ingrédients essentiels dans les engrais utilisés dans l’agriculture américaine. La fermeture ou la réduction de la production de Mosaic aurait coûté des dizaines de milliers d’emplois aux États-Unis et nuirait à la productivité agricole du pays.

Cela laisserait également les États-Unis dépendants des producteurs de phosphate étrangers, mais surtout de l’OCP du Maroc. Les seuls autres pays qui exploitent les phosphates sont la Russie, la Chine et l’Arabie saoudite.

Le député républicain Dennis Ross, qui représente le district de Floride où opère Mosaic, a dit à The DCNF qu’il voit maintenant pourquoi l’EPA s’en est pris à Mosaic.

« Cette tactique explique parfaitement pourquoi l’EPA, sous la tutelle de Lisa Jackson, a ciblé les opérations de phosphate de Mosaic dans mon district. Je n’ai jamais reçu de réponse lorsque j’ai interrogé Lisa Jackson sur les actions délibérées de l’EPA contre Mosaic « , a déclaré Ross au The DCNF.

« Maintenant je sais pourquoi. Une préoccupation environnementale n’a jamais existé. Ce ciblage a été fait en retour au Maroc pour avoir donné des millions de dollars à la Fondation Clinton « , a dit M. Ross.

Un tollé de la part des régulateurs de Floride, repoussé par la délégation du Congrès de l’État et la position juridique précaire de l’agence ont forcé l’EPA à mettre fin à ses menaces à l’encontre de Mosaic.

La représentante Marsha Blackburn, une républicaine du Tennessee qui est vice-présidente du House Committee on Energy and Commerce et critique envers la Clinton Foundation, était d’accord avec Ross, affirmant que  » ces faits semblent révéler la possibilité d’activités plus payantes à la Clinton Foundation « .

« Il serait particulièrement troublant si la Fondation Clinton travaillait avec l’EPA pour supprimer l’industrie américaine du phosphate en faveur du Maroc. L’EPA et la Fondation Clinton devraient être ouverts à leurs relations avec le gouvernement marocain et l’industrie américaine du phosphate ».

« Hillary Clinton a vendu son âme quand ils ont accepté cet argent, a rapporté Politico le lendemain de la conférence CGI de Marrakech. Trump n’est pas prêt d’oublier la trahison marocaine.

Avec ces 28 millions de dollars américains, le Maroc aurait pu construire un hôpital et une université dans la région et il aurait pu résoudre le problème d’eau potable à Zagoura et dans d’autres régions démunies.

 

Tags : Maroc, Etats-Unis, Hillary Clinton, Fondation Clinton, lobbying, OCP, phosphates, Wikileaks

One Comment

  1. Ces millions peuvent mettre fin à la situation précaire sociale et économique du peuple sahraoui du sud les vrais propriétaires du phosphate

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*