MAROC: DES FAMILLES BRISÉES

Manifestation de solidarité avec Nasser Zefzafi (DR)

Depuis maintenant plus d un an, des femmes, des mères, des sœurs, des épouses pleurent car le Makhzen a emprisonné, puis maltraité, jusqu’au viol, un membre de leur famille.

Face à ces tortures, psychologiques et physiques, ce sont des vies qui sont soudain brisées et meurtries pour avoir simplement protesté et manifesté pacifiquement. Ce sont aujourd’hui des familles qui sont épuisées de souffrance face à l’absence de l’être aimé.. Même des enfants capturés dans les rues pour des motifs futiles se retrouvent derrière les barreaux pour de longs mois de détention qui risquent d’être irrémédiablement traumatisants pour leur jeune vie.

Comment un Etat peut-il oser arracher à ses parents des enfant pour les traiter comme des dangereux subversif en les livrant à des tortionnaires professionnels?


Ces scènes horribles se déroulent en 2018 dans l’indifférence générale. Qu’attendent les ONG, les médias, les opinions et les gouvernements occidentaux, habituellement si prompts à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme, pour exiger du Maroc, la libération des enfants et des hommes incarcérés et redonner un espoir à ces victimes innocentes d’un régime arbitraire et sans pitié.

Tags : Maroc, Rif, Hirak

One Comment

  1. Quand le roi boursoufflé Momo VI a pris le pouvoir au Maroc, on a proclamé la fin des années de plomb. Le règne de son père fut en effet une série de crimes perpétrés contre le peuple. Dans un discours solennel, Hassan II avait même menacé de sacrifier le tiers de la population (l’exterminer) si cela était nécessaire. Le fils ne fait que continuer l’œuvre du père en l’enrobant de ruse. En apprenti-pilleur il a fait preuve d’un machiavélisme qui jusqu’à présent semble porter ses fruits. Le peuple marocain n’étant pas encore mu par une volonté de changement, subjugué par les mensonges du régime, celui-ci poursuit sa politique de la terre brûlé, isolant les populations les unes des autres afin de pouvoir les dominer sans résistance notable. Sans l’union du peuple, et sans une élite à l’avant-garde, le règne du joufflu pourrait encore perdurer, mais qui sait, la marmite est déjà très chaude et le fruit est mûr.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*