Maroc : Les diableries du roi

Le 23 Février Taoufik Bouachrine, directeur de la publication  » Akhbar Al Youm » a été arrêté au siège de son journal par la police Marocaine pour de graves motifs tentatives de viol, atteinte à la pudeur avec violence, traite d’être humain, entre autres….

Un vrai film monté par le makhzen contre une voix libre qui a tjrs refusé de se joindre à la meute des poètes du palais. Cette histoire a été préparée par le makhzen pour amuser le peuple Marocain qui était en attente de connaitre le verdict de la CJUE sur l’accord de pêche dont les échos parvenus au palais à partir du 20 Février étaient défavorables.

Le 12 février 2018 ; le journal de Taoufik Bouachrine a été condamné pour diffamation par la Cour d’appel de Casablanca, à payer une amende de 450 000 DH au profit des ministres Aziz Akhannouch et Mohamed Boussaid ( jugement de première instance). Akhnouche VI et sa mafia ont trouvé l’astuce pour détourner l’opinion marocaine sur la gifle qu’allait administrer le 27 Février 2018 la CJUE au royaume sur l’accord de pêche qui exclu le territoire du Sahara Occident.

Le tout Maroc a actuellement l’esprit tourné sur l’affaire Taoufik Bouachrine, alors que depuis le 1er février 2018, il n’attendait que le verdict de la CJUE. L’affaire du journal « Akhbar Al Youm » a été préparé pour mettre le voile sur les graves conclusions de la CJUE que le sieur Akhnouche VI, Ministre de l’agriculture et de la pêche, en charge du dossier, savait que la teneur défavorable du verdict risque de créer de graves remous au Maroc. Le palais a anticipé en fomentant l’affaire Taoufik Bouachrine pour amortir l’assommant choc du verdict de la CJUE qui atteste sans détour que le Sahara Occidental n’ a rien de Marocain. 

Ahmed El Kanz

Facebook

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*