Maroc : Haute tension au Rif

Le Makhzen a déclenché le plan d’urgence pour affronter la situation à Al Hoceima qui risque de dégénérer en raison de l’annonce du décès du jeune Imad Attabi, blessé lors de la répression de la manifestation de Hoceima du 20 juillet 2017.
Selon des milieux de la population locale, Imad est mort depuis le premier jour mais l’Etat n’a pas eu l’audace de l’annoncer par crainte d’une réaction violente des habitants du Rif. Cependant, les autorités ont mis le cercueil sous scellés sur ordre du procureur du roi et ont interdit à la famille de la victime de voir une dernière fois le corps du défunt.
A Casablanca aura lieu ce soir à 20 heureus un rassemblement silencieux pour condamner l’assassinat du jeune Attabi.
Pour amortisser le choc de la mauvaise nouvelle, le Makhzen a présenté la démission d’Ilyas El Omari de la direction du PAM.
Le plan B est la réaffirmation de la solution sécuritaire que le souverain marocain a voulu dissimuler et qui vient de condamner à 18 mois de prison ferme pour l’un des militants détenus lors des manifestations de l’Aid El Fitr, à 12 mois pour un autre et à 10 mois pour un troisième.
Le plan C est destiné à l’extérieur et vise à faire passer aux yeux de l’Occidental les militants rifains comme des candidats potentiels au djihadisme de Daech et Al Qaida et justifier ainsi les interventions musclées contre le Rif dans les jours à venir. Le Makhzen prépare une répression sans précédents.