Maroc : Kadhem Saher victime de boycott à Mawazine 2018

Contrairement aux précédentes éditions, la version 2018 du festival Mawazine, qui se déroule actuellement à Rabat n’aurait pas ameuté les foules, et la campagne de Boycott initiée sur les réseaux sociaux semble avoir porté ses fruits. Le concert d’ouverture avec Kadhem Saher, qui jouit pourtant d’une immense popularité dans le monde arabe n’a pas affiché complet.

Plusieurs images diffusées montrent en effet la scène Nahda, où se déroulait le show, presque vide.

Pourtant, la participation de coach de « The Voice », le télé-croche de « MBC », avait été annoncée en grandes pompes par les organisateurs, qui rappelaient, pour en finir des appels au boycott, que la moitié de la programmation du festival est dédiée aux artistes marocains.

Sur les réseaux sociaux, il est reproché la direction du festival de « gaspiller de l’argent public », en offrant des ponts en or aux célébrités conviées.
Pourtant, ce festival culturel serait financé par des fonds privés et non pas des deniers publics, contrairement à ce qui est martelé.

Les organisateurs de « Mawazine » rappellent en outre que l’un des objectifs du festival est de faire rayonner le Maroc, et de « mettre en avant les artistes marocains ».

Mawazine est une plateforme importante pour des centaines d’artistes « qui ont peu d’occasion d’exprimer leur talent et qui grâce à un festival aussi prestigieux, rayonnent dans le monde entier ».

L’impact de Mawazine ne se limite pas à l’industrie du spectacle.

« Commerces, artisans, transports, restauration, hôtellerie, etc. Au total, 3 000 emplois directs et indirects bénéficient du festival. Chaque année, Mawazine a généré 22 % de croissance du chiffre d’affaires touristique de Rabat », est-il par ailleurs indiqué.

Trois secteurs bénéficient de l’effet Mawazine via une croissance significative de leurs chiffres d’affaires. Le commerce de détail, la restauration et le secteur du transport voient leurs chiffres d’affaires croître en moyenne de 30% pendant le festival. Pour ces commerces de proximité, le festival est une source importante d’activité.

Source : Arabika24

Tags : Maroc, Mawazine, boycott, Kadhem Essaher

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*