Maroc : La diplomatie de la servitude

Depuis l’élection de Donald Trump, Mohammed VI a tout fait pour décrocher une rencontre avec lui. Le roi du Maroc veut se faire pardonner en faisant une cérémonie d’allégeance.

Les déclarations de Trump sur le Maroc et les 12 millions que Rabat a donné à la Fondation Clinton font peur aux dirigeants marocains du fait que Washington est le porte-plume du mal dénommé « Groupe d’Amis du Sahara Occidental ».

Mohammed VI a essayé de rencontrer le président américain à plusieurs reprises : à Washington, à Paris et à Riyad. Trump semble irréconciliable.

Le Maroc poursuit son offensive de charme en vue d’amadouer le chef de la Maison Blanche.

Si dans le passé le Maroc a avancé qu’il lutte contre le Communisme pour obtenir le soutien américain dans la question du Sahara Occidental, en 1990, Rabat a envoyé ses troupes combattre à côté des alliés contre le régime de Saddam Houssein et en 2001 il a offert ses prisons pour la délocalisation de la torture.

Aujourd’hui, la rupture des relations avec l’Iran est tout ce que le Maroc a trouvé à vendre aux américains en vue de boycotter les négociations exigées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

 

Tags : Maroc, USA, Donald Trump, Iran

3 Comments

  1. M'hamed Hamrouch

    Cela prouve que Mimi6 ne connaît pas le Trump.

  2. Cela prouve qu’il a vole le sahara occidentale

  3. Le Président TRUMP a une bonne mémoire pour bien se souvenir que l’on a voulu le baiser et en plus il a des couilles, ce qui semble manquer a momo le 6 eme toujours prêt a baisser son froc.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*