Maroc : Lalla Salma, l’épouse du roi du Maroc disparaît de la cour sans laisser de trace

Des sources proches du Palais ont avoué à un média espagnol que la femme qui était l’épouse du roi du Maroc, Mohamed VI, est en garde à vue après la nouvelle de leur séparation. Une nouvelle qui n’a jamais été rendue publique au pays.

Il est confirmé que la Princesse Lalla Salma (40 ans), mariée pendant 16 ans au Roi Mohamed VI et mère de l’héritier de la couronne au Maroc, Moulay Hassan, se trouve déjà en dehors de la famille royale. Un fait prouvé par son absence cette semaine de l’ouverture du Festival de Musique Sacrée de Fès, où dans chacune des éditions précédentes elle a réussi à attirer l’attention avec ses caftans modernes et colorées et ses cheveux roux ondulant dans le vent.

Cet événement culturel dans sa ville natale est un rendez-vous fixe pour celle qui était jusqu’à 2018 le conjoint du roi. Deux mois seulement après son accouchement, elle a quitté le Palais pour assister audit festival organisé par le Haut Conseil de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, sous le bras de la Reine Rania de Jordanie (47). Alors que les rumeurs battent de l’aile au Maroc et que les citoyens se demandent si le couple royal a vraiment divorcé, les faits corroborent leur séparation.

À cette occasion, la sœur cadette du monarque, Lalla Hasna, a pris la relève avec son chignon habituel habillée d’un caftan traditionnel. Lors d’une cérémonie officielle, elle a passé en revue les forces auxiliaires qui lui ont fait les honneurs sur la place Bab Al Makina à Fès, avant de saluer le ministre de la Culture, Mohamed Laaraj, aux autorités régionales et locales et l’équipe organisatrice du Festival de Musique Sacrée. Ensuite, elle a rejoint la galerie officielle où le concert a commencé. Et à la fin de la nuit, elle a été reçue par les responsables de la création artistique inaugurale de cette vingt-quatrième édition.

Lalla Hasna, qui dirige la Fondation Mohamed VI pour la protection de l’environnement, a déjà remplacé sa belle-sœur à l’ouverture de la Bibliothèque Nationale du Qatar une semaine après que le magazine Hola! annonce le divorce royal. A l’instar de sa sœur Lalla Meryem, elle est également divorcée; et entre les deux à l’aide de Moulay Rachid, se distribuent les activités de la monarchie pendant l’absence de Mohamed VI, qui séjourne la plupart du temps en France.

En l’an 2000, ils ont commencé à représenter la Maison Royale lors d’événements sociaux, et à cette époque, Lalla Meryem, présidente de l’association marocaine de soutien à l’Unicef, exerçait les fonctions de première dame. Nous l’avons vue porter un caftan blanc à côté de Mohamed VI à la Maison Blanche lors d’un dîner avec le couple Clinton. Elle a également accompagné le souverain lors d’une visite officielle en Espagne.

Le divorce au Maroc n’est pas encore confirmé

Le palais n’a pas encore confirmé le divorce du roi et les Marocains se demandent « où est la princesse? ». Elle n’a pas été vue depuis plusieurs mois, ni dans un acte public, ni dans la vie mondaine à Rabat où elle a grandie avec sa grand-mère suite au décès de sa mère et a épousé le roi Mohamed VI en 2002.

La nouvelle du divorce a été publiée par ¡Holaau mois de mars, peu de temps après l’intervention d’arythmie cardiaque subi par le roi à Paris. Les sources, qui ne sont pas mentionnées dans le reportage, sont les propres sœurs du monarque avec lesquelles la princesse n’a jamais réussi à garder de bonnes relations.

Des diplomates en poste à Rabat ont assuré à ce média que le divorce n’a jamais été rendu public, et on n’en parle pas parce que le roi est le Commandeur des croyants, il représente la plus haute autorité religieuse et la société ne verrait pas d’un bon œil le divorce du roi qui doit donner l’exemple. Le porte-parole du gouvernement Moustapha El Khalfi l’a précisé lors de la lecture d’une déclaration de la Maison Royale: « La seule institution compétente pour discuter de la monarchie est la famille royale-même ». Le politicien a disparu et a laissé un journaliste avec le mot dans sa bouche quand il l’a interrogé au sujet d’un possible divorce lors d’une comparutionhebdomadaire au parlement marocain.

Ses dernières apparitions remontent à fin 2017 à Marrakech. En octobre, elle a présidé l’inauguration du Musée Yves Saint Laurent. Elle y rayonnait avec une robe rose aux imprimés colorés accompagnée d’une ceinture et des chaussures vertes. Le même jour, elle a visité l’Auditorium Pierre Bergé, compagnonne du designer, où elle a été reçue par le violoniste Renaud Capuçon.

Le 23 novembre, elle portait une robe noire au-dessus du genou avec une ceinture dorée au Palais des Congrès dans la ville rouge. Elle a décerné plusieurs prix à des personnes qui ont travaillé pour lutter contre le cancer. Il est à noter que, malgré son engagement envers cette maladie et, d’être une ambassadrice de bonne volonté pour l’Organisation Mondiale de la Santé, dans les six derniers mois, elle n’a pas été présente à la Fondation pour la prévention et le traitement du cancer qu’elle préside au Maroc .

La dernière instantanée en tant que princesse remonte au 12 Décembre au Musée Mohamed VI à Rabat lors de la cérémonie en honneur à la mémoire de l’artiste Mohamed Amine Demnati, avec un blouson noir de manches courtes garnis de dentelle blanche sur une paire de pantalons avec des bijoux discrets et des cheveux lissés. Il est plus difficile de trouver des photos de Lalla Salma en compagnie du roi. Ils n’ont pas été vus ensemble depuis avril 2017, lors d’un voyage officiel à Cuba et à Miami.

« Comme si la terre l’avait avalée« 

Avant le Festival de Fès, au cours de cette année, la princesse était déjà partie dans d’autres dates aussi marquées que son 40ème anniversaire, le 10 mai; ou deux jours auparavant dans celle de son fils Moulay Hassan. A cette date si importante, l’héritier – qui faisait 15 ans – elle est parue seule avec le monarque dans le magazine ¡Hola! Maroc. C’était le deuxième reportage où on remarquait l’absence de la présence.

« C’est comme si la terre l’avait avalée », commentent les citoyens les plus curieux et osés, car il n’est pas habituel de parler de la monarchie au Maroc, où elle est très aimée et respectée. Selon les rumeurs, elle se trouve à Marrakech et à Rabat. En tout cas au Maroc. Il ne semble pas qu’elle se soit installée à la villa qu’elle a achetée en 2017 pour la somme de 3,8 millions d’euros dans l’île grecque de Kea.

Plusieurs sources proches du Palais ont déclaré qu’elle est en garde-à-vue, mais pas dans le Palais Royal. Ni elle ni le roi n’y passent la nuit lorsqu’ils sont à Rabat, parce qu’il a une maison dans le quartier résidentiel de Soussi. Il est fort probable que la mère du prince héritier soit restée enfermée à l’instar des 80 concubines du harem de Hassan II, dont 40 avaient été héritées de son père Mohamed V.

Aucun monarque n’était marié à une seule femme auparavant. Mohamed VI en 1999, a été le pionnier à le faire et à apparaître en public avec Lalla Salma pour annoncer leur engagement en 2001. Normalement, le peuple n’avait pas accès aux nouvelles des femmes épousées par les monarques. Elles vivaient dans des endroits isolées de la vie publique. Une sorte d’emprisonnement mais entourées de luxe, selon les descriptions littéraires.

Salma Bennani, de son nom de jeune fille, ne pourra pas se remarier parce qu’il « n’est pas permis que le prince héritier ait des demi-frères », selon des sources diplomatiques. Ainsi, elle devient la mère du prochain roi et ne pourra guère exercer de nouveau son métier d’ingénieur en informatique. Reste à savoir si elle aura l’occasion, à l’instar de Lalla Latifa , la mère de Mohamed VI, d’opter pour l’exil volontaire en dehors du Maroc.

Pour sa part, le roi Mohamed VI porte des vêtements beaucoup plus élégants à Paris, où il a passé une grandepartie de l’année. Il continue de faire des selfies et à les pendre sur les réseaux sociaux. La dernière image après le Ramadan à la Bibliothèque de Paris. Certains amis n’ont pas été contents à l’annonce de sa séparation et gardent une relation étroite avec le monarque. C’est le cas de l’épouse d’Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, et proche ami du monarque. La femme d’affaires Salwa Idrissi, très proche de Lalla Salma, ne semble pas être d’accord avec la décision royale.

Les médias ont discrédité la princesse

La disparition pourrait être orchestrée: d’abord l’absence, ensuite la campagne de dénigrement dans les médias, la substitution et le silence. Le journal digital marocain Le Crapouillot a critiqué l’absence de la princesse dans la photo du roi avec ses enfants, frères et sœurs dans un hôpital parisien en train de récupérer d’une opération de correction d’arythmie cardiaque. Dans un article titré « L’absence d’une princesse dilettante », elle a été qualifiée de « dédaigneuse et superficielle », et qu’elle préférait se promener dans les rues ensoleillées de Marrakech que dans l’hiver froid français, et qu’elle était « obsédée par son image glamour plus que par le devoir naturel de prendre soin de son mari ».

Dans un deuxième article, « L’attitude trompeuse d’une princesse », il assurait qu’elle a un caractère « colérique », était « méprisante dans ses relations avec les autres » et ayant un « ego excessif et une préoccupation disproportionnée pour l’apparence et l’image ». Ils la considèrent comme « têtue » parce que, malgré les « appels récurrents de son mari, elle se disputait constamment avec les membres de la famille royale, l’entourage du souverain et le personnel à son service ».

Son caractère fort était évident au Qatar en 2010, lorsqu’elle a refusé de mettre un voile pour combattre le discours des intégristes. Il a aussi surpris par sa sortie en parlant le dialecte marocain dans la vidéo promotionnelle « La Fondation Lalla Salma, 10 ans, et déjà une histoire formidable » à l’occasion du dixième anniversaire de la fondation du cancer qu’elle préside.

Bien qu’elle ait modernisé la monarchie alaouite et contribué à donner de la valeur aux femmes marocaines, il semble que pour Salma Bennani le conte de fées est arrivé à sa finun conte qui a commencé quand elle a épousé le roi Mohamed VIIl va manquer son style raffiné et son glamour, une référence pour les Marocains et les fans de la mode.

En Espagne, elle est très appréciée. Sa première réception aux rois d’Espagne en dehors des dépendances du palais remonte à 2005. On l’a vue habillée à l’occidentale, lors de la première visite de Felipe VI et de Letizia Ortiz au Maroc en 2014, rivalisant de glamour avec la reine espagnole vêtue d’une veste rouge ou d’un caftan blanc traditionnel.

 

Tags : Maroc, Lalla Salma, Mohammed VI, divorce royal, Salma Bennani

7 Comments

  1. Echbani El idrissi

    Hélas
    On aurait aimé que ce beau conte de fées perdure!!
    C’était un symbole valorisant la femme marocaine.

  2. alia al othmane

    La princesse lalla salma est la princesse la plus modeste, gentille buen eduquee aucune autre princesse ne peut l egaler,dommages que l on veuille la diaboliser,pyisse Allah lui venir en aide ou qu elle se trouve

  3. Vraiment , j’aime beaucoup Lalla Selma !
    Très belle et très élégante , et l’héritier Moulay Hassane il est adorable
    Il faut chercher ou est la princesse !!!!!!
    Il faut demander son apparition pour preuve de son état !

  4. Magnifique article,bravo !

  5. Lalla salma dégage que du positif. Elle est très élégante dans ses tenues travaillées simplement, elle ne présente aucune extravagance. Ne la connaissant qu’à travers les médias , elle est gentille belle et responsable. Je lui souhaite qu’on la reverra le plutôt possible. Qu’Allah ihennan l’keloub.

  6. Que D. Eu lui vienne en aide. Amen

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*