Maroc : Le château de cartes s’effondre

Décidément, la campagne de boycott a chambardé la scène politique marocaine. La survie de l’esprit du Mouvement 20 Février est en train de configurer la situation d’une manière spectaculaire.

Les déclarations d’Aziz Akhnouch présagent l’ouverture d’une nouvelle étape fruit d’un long feuilleton dont le sujet principal est porter un coup mortel à un parti islamiste très peu apprécié par l’entourage du roi.
Selon Assabah, Akhnouch quittera la politique cet été et n’a pas l’intention de se porter candidat aux prochaines élections législatives ni de rester à la tête de son parti, le RNI.

Les changements opérés sur l’arène politique sont importants et pourraient être décisifs. Après la sortie de scène des principaux favoris et têtes d’affiche du Makhzen, Chabar, Benkirane, El Omari, c’est le tour d’Akhnouch. Il part avec la queue entre les jambes après avoir rêvé de porter le titre de Premier Ministre grâce à sa fortune et sa complicité avec le roi du Maroc et ses conseillers.

Le château de cartes construit par le Makhzen est en train de s’effondre. Ses cartes tombent une par une. Fouad Ali El Himma s’efforce à sortir son ami royal d’une situation compliquée par la prise de conscience du peuple marocain et le succès de sa campagne contre les gains astronomiques des sociétés vampires qui sucent le sang d’une population meurtrie par les mesures de réajustement structurel imposées par les institutions financières internationales en vue de récupérer l’argent prêtée au Maroc.

 

Tags : Maroc, Makhzen, Mohammed VI, Aziz Akhnouch, PJD, Benkirane

One Comment

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*