Maroc : le Makhzen envoie des policières en civil pour empêcher les femmes de manifester

Dans le Rif au nord du Maroc, les violences policières à l’encontre des manifestants pacifiques se poursuivent dans la continuité du carnage judiciaire dont ont été victimes les prisonniers d’opinion du mouvement populaire du Rif. Le 26 juin 2018, ce sont plus de 300 années d’emprisonnement qui ont été infligé par les tribunaux du roi du Maroc à l’ encontre de 53 manifestants pacifiques rifains qui viennent s’ajouter aux centaines d’autres, plus de 500 selon les ONG. Pourtant ce coup de massue punitif n’a pas eu l’effet escompté auprès de l’opinion rifaine puisqu’il a déclenché une nouvelle vague de manifestations populaires où les femmes jouent un rôle majeur.

Le gouvernement marocain déploie donc de nouvelles actions répressives et, en la matière, il semble ne pas manquer d’idées puisées à la source des dictatures qui continuent d’inspirer sa politique.

Selon les témoignages de manifestantes qui protestaient contre les sentences du carnage judiciaire du 26 juin :  » le gouvernement marocain nous envoie des policières en civil de Casablanca qui nous bousculent et nous frappent afin de nous empêcher de manifester et pour que leurs actes de violence passent inaperçu au yeux de monde » témoigne courageusement une mère de famille.

Aussi brutale et violente soit-elle, la répression ne pourra faire taire la voix de la justice et de la liberté.
En effet, tout ce que parvient à provoquer la violence du gouvernement marocain, c’est un regain de mobilisation populaire. La soif de justice de notre peuple est décidément insatiable.

Source : Facebook

 

Tags : Maroc, Rif, Hirak, Makhzen, répression

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*