Maroc : Le penchant de Mohammed VI pour les hommes noirs*

A l’académie militaire, il jouissait de certains avantages dont étaient privés les autres élèves parcde qu’il était un ami intime du prince héritier Sidi Mohammed et futur roi Mohammed VI. Il s’appellait Abderrahmane El Alaoui, alias Bihmane.

Petit fils d’esclave noir ayant servi au palais, (les descendants de ses esclaves vivent encore, dans un état de semi-esclavage, dans la cité royale de « Touarga », une commune au statut spécial faisant partie de la préfecture de Rabat, et enclavée dans le Méchouar) Abderrahmane fut ami et compagnon de jeu du jeune prince, puis l’un de ses confidents et copains de virées nocturnes, mais de ceci, on en trouve nulle trace dans les annales officielles, vu la relation « très spéciale », et embarrassante pour le Palais, qui les unissait.

Une fois son stage à l’A.R.M finit, Abderrahmane fut affecté à la Gendarmerie, et en 1995, alors que je servais au 29 e à Tanger, il était commandant de la compagnie de Gendarmerie de la même ville. Un jour, il passa par notre Poste de Commandement au phare de Malabata pour me saluer et m’invita pour le soir même.

Il a rencontré son camarade de classe Abdelilah Issou dans un bistrot du centre-ville et après avoir sifflé quelques verres, Abderrahmane commença à parler du service et de ses contraintes. Mais au fur et à mesure que la soirée avançait, l’alcool commença à faire effet et sa langue à se délier.

Il l’a laissé entendre que sa relation avec son « grand ami » n’était plus aussi bonne, et ce, à cause de certains rapports confidentiels, dont il ne m’expliqua pas la nature, que le ministre d’État à l’Intérieur, à l’époque le tout puissant Driss Basri, aurait présenté au roi Hassan II.

Selon Issou, Abderrahmane avait été éliminé par les services spéciaux de Hassan II qui, sentant sa fin proche, et vu le risque que cette affaire constituerait pour le trône une fois Mohamed VI couronné, donna l’ordre de le faire disparaître.

Sa disparition a fait que Sidi Mohammed sombre dans une forte dépression. Depuis, il cherche un remplaçant noir, ce qui explique ses nombreux voyages en Afrique noire.

D’après ce que le Lieutenant Issou racontre dans son livre, « l’homosexualité de Mohamed VI a été, pendant longtemps, un secret de polichinelle au Maroc. Dans les salons cossus de la bonne société de Rabat et de Casablanca, on en parlait ouvertement durant les dernières années de règne d’Hassan II. Les gens savaient que, bientôt, ils allaient avoir affaire à un Commandeur des Croyants gay, une première au Maroc. Et puis, il y a eu, après son ascension au trône, ces voyages, ou plutôt ces escapades répétées, en Amérique du Sud (Brésil, Saint-Domingue…), et les rumeurs persistantes sur l’addiction du roi aux hommes et travestis noirs… ».

*Extraits du livre du Lieutenant Abdelilah Issou, « Mémoires d’un soldat marocain – La face cachée du royaume enchanté »

 

Tags : Maroc, Mohammed VI, homosexualité, Abderrahmane El Alaoui, Bihmane, Abdelilah Issou

13 Comments

  1. Je dios interessee par le livre , ou est ce que je peux le trouver ou éventuellement me le faire parvenir voie postale . Merci cordialement

  2. « -Les gens savaient que, bientôt, ils allaient avoir affaire à un Commandeur des Croyants gay-« ………….Que dire après ça ?

    Ce qu’on peut se demander plutôt, c’est ce que pensent les ministres, les députés représentants du peuple…..yahasra !.., le corps diplomatique, les polices parallèles tortionnaires (pour que subsiste le trône sodomite), et surtout, ce que pensent sans pouvoir le dire, par peur, par lâcheté ou par convoitise (ayant reçu des villas et des agréments ) les « Oulémas » du pays ?
    Que dirait ce monde de soumis et d’hypocrites lorsqu’ils se mettent en file pour venir, un par un, se courber devant lui ?
    Et ces généraux ventrus qui se cassent les talons en signe de révérence ?
    Ces ‘Walis-Walous » corrompus jusqu’à l’os, qui n’ont plus rien d’humain, qui rampent accroupis jusqu’aux « augustes mains » de la lopette pour les lécher ?
    Ils lisent sur le Net. Ils savent !..
    Un « Commandeur des Croyants »…………. gay !..
    Il n’a aucun droit de s’arroger une légitimité représentative quelconque de l’image de l’Islam. C’est outrageant pour la foi. Pour toute foi.

    En réalité, c’est une tragi-comédie qui se joue au Maroc, dont seul le peuple vit constamment dans sa chair l’état sempiternel de victime tragique.
    La comédie est jouée par M6, symbole de la tyrannie, et son régime cabotin de voleurs, de brigands et d’assassins.

    Mais cette pièce de théâtre odieuse ne peut se jouer éternellement, car le vent de la liberté souffle très fort au point de découvrir le symbole tyrannique et de le mettre à nu devant le peuple aujourd’hui. Son rôle est terminé.
    Il va falloir passer à la caisse.

  3. Que faire que de se taire
    Les marocains sont de nature exceptionnelle comme à dit plusieurs politologues

  4. OUJDI HMIDOUCH

    Vive les rifains d’el Hoceïma et zagoris et les jradis qui ont demandé quelques droits , mais malheureusement ils sont en prison pour 20 ans.
    Pendant ce là notre MOHAMED 6 lui fait le tour de la planète à la recherche d’un homme noir avec un gros et grand sexe pour pénétrer notre MOHAMED 6.

  5. لعنة الله على من يسب والديه واجداده ليمنح صدقة من اموال الحرام ويترك في الذل والاهانة ويستعملونه الاستعمار ويمنح اللجوء السياسي

  6. Un Roi homo …. et les Marocains détestent les homos !!
    vous marchez sur la tète !! Vous êtes la risée du monde !!

  7. Qui se souvient encore de l’exposition internationale de Séville en 1992? Le Maroc était l’invité spéciale en cette occasion, question pour l’Andalousie d’affermir son héritage arabo-musulman que défendait J. L. Zapatero, premier ministre socialiste de l’époque et ami de Hassan II. Celui-ci fut convié durant la semaine marocaine qui a duré une semaine. C’est durant une soirée bien arrosée que Hassan II assista à un spectacle de chant et de danse flamenco. Parmi les danseurs masculins, il y avait un danseur aux gestes élégants et d’une beauté féminine extraordinaire, qui ne manqua pas d’attirer l’attention du sultan alaouite. A la fin de la séance, il instruisit les membres de son protocole pour le faire venir dans sa chambre pour passer la nuit avec lui. C’est ce qui fut fait. Hassan II qui ne tolérait pas que l’on le réveilla de très tôt, oublia qu’il avait rendez-vous avec le sulfureux José Maria Aznar qui était dans l’opposition, pour discuter d’un conflit concernant l’accord sur la pêche. Dégoûté et en colère, Aznar comprit la situation et lança aux hommes de Hassan II, que si ce dernier voulait lui parler, il n’avait qu’à faire le déplacement à Madrid, et que la ponctualité et les rendez-vous étaient sacrés pour lui. C’est comme cela que les sultans alaouis mélangent plaisirs et fonctions d’état, pauvre peuple marocain s’il connaissait la vérité sur ce qui les gouvernent, ils ne feraient pas de prière derrière eux…..

  8. Ne dit-on pas, depuis la nuit des temps que les monarques étaient des plus pervers sur terre ! Après tout il s’agit de son c..

  9. karim, qui t’a raconté cette histoire ? tu crois que c’est une vraie?

  10. Pour ceux qui sont intéressés par certains livres interdits au Maroc, voilà un lien pour les télécharger : http://moukatioune.epizy.com

  11. Donc Alaoui c’est un esclave noir et n’ rien à faire avec le mythe de Ale Ibn Abou Taleb qui n’a joué que le rôle d’un usurpateur révolutionnaire stalinien pour accéder au pouvoir et que le Prophète n’aurait jamais accepté qu’il s’impose comme Imam….

  12. Donc Alaoui c’est un esclave noir et n’a rien à faire avec le mythe de Ali Ibn Abou Taleb qui n’a joué que le rôle d’un usurpateur révolutionnaire stalinien pour accéder au pouvoir par force et que le Prophète n’aurait jamais accepté qu’il s’impose comme Imam….comme d’ailleurs l’ont fait les autres compagnons du Prophète…

  13. Nous devons être tolérants. Ce que nous demandons à un dirigeant c’est d’avoir compétences par son orientation sexuelle. On s’en fou. Nous devons l’obliger à instaurer une monarchie laïque et constituttionnelle.
    Il faut banir toutes les références religieuses. Nous en n’avons pas besoin dans un état moderne. La religion et la sexualité relèvent de l’intime et du privé.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*