Maroc : Le PJD, pris à son propre piège

« Tel est pris qui croyait prendre »; un adage qui s’appliquerait cruellement aux frères musulmans du parti marocain PJD.

Il est de notoriété publique que ce sont les nervis de l’ex-premier ministre islamiste, Benkirane, qui sont à l’origine du boycott des mégalopoles d’Akhnouch (L’homme de paille de la famille royale prédatrice) et de sa protégée l’héritière des Ben Salah (un autre prête nom). La rancune de Benkirane envers Akhnouch n’a d’égale que le prestige, perdu par la faute de ce dernier, que ressentait l’islamiste d’être premier ministre de « Sidna » comme il se plaisait à le répéter à longueur de déclarations.

Le premier indice conduisant à l’hypothèse que ce sont les islamistes qui se cachent derrière cette campagne dont l’adhésion du peuple est loin d’être grégaire, est Benkirane lui même. En effet, quelques semaines avant le lancement de cette campagne, une vidéo fut lancée sur Youtube, montrant l’ancien chef du gouvernement se prélasser dans une petite ferme aux abords de Kénitra où, disait-il au micro tendu devant lui, il venait faire ses emplettes en lait, œufs et quelques autres produits maraîchers. L’homme était accompagné de femmes et enfants visiblement membres de la famille.

Est-ce à dire que c’est là le coup d’envoi de la campagne? Tout le laisse croire et il n’est un secret pour personne que l’ex-chef de file des islamiste est maître en coups bas et qu’en matière d’éthique il n’hésite pas à en malmener les règles si ses intérêts personnels se trouvent en jeu. Sauf que le combat est perdu d’avance du fait que si la prédation a l’heur d’exister au Maroc sous sa forme la plus extrême, elle semble en revanche prendre le poil de la bête et se consolider davantage sous la coalition gouvernée par Benkirane lui-même.

Ce sont les excès de libéralisation qui font rougir de honte les Ricardo et autres théoriciens du marché du « laisser faire, laisser aller » que Benkirane avalisait le chapelet à la main, qui ont donné libre cours aux prédateurs amis et complices du despote de Rabat de vaquer en toute tranquillité à leur sombre marotte mercantile. Le moment où le peuple Marocain s’est engouffré dans la scène, demandant reddition des comptes, était celui d’un cauchemar pour les islamistes qui croyaient que les règles du jeu se restreindraient à porter atteinte à l’ennemi de Benkirane. Pour eux la demande populaire s’est avérée par trop démesurée. Leur pusillanimité les a donc poussé cette fois à s’en prendre au peuple qui semblait donner une autre forme à la lutte, et ce qui, au départ, se voulait être une simple petite vengeance dans les termes exactes de la loi du talion tant prisée dans le milieu de crabes des islamistes, s’est brusquement retourné en une action populaire des plus audacieuses. La maison en verre des islamistes a fini de ce fait par se lézarder de tous les endroits à force de jets de pierres d’une population toute en colère.

 

Tags : Maroc, PJD, Benkirane, Akhnouch, boycott

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*