Maroc : lorsque la communauté LGTB tentait de fonder son magazine

Un magazine gay au Maroc !

On vient d’apprendre que, le 1er avril, est paru au Maroc le premier magazine homosexuel du monde arabe. Il s’intitule « Mithly », ce qui est un jeu de mots, ce titre signifiant en arabe à la fois « homo » et « comme moi » ! Au moins, ses initiateurs ont de l’humour. Cette publication est confidentielle, rien à voir avec le tirage de « Télé-7 Jours » : 200 exemplaires, imprimés dans la clandestinité à Rabat, à l’initiative de Kif-Kif, l’association locale des lesbiennes, gays, bisexuels et transexuels (LGBT pour les initiés).

Cette clandestinité s’explique par le fait qu’il a été impossible d’obtenir un numéro de dépôt légal et une autorisation de publier, puisque, au Maroc, l’article 489 du Code pénal punit d’une amende et de six mois à trois ans de prison « les actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe ». Sic, sachant qu’au Maroc et dans TOUS les pays arabo-musulmans, il est possible de faire tout ce qu’on veut avec à peu près n’importe quel garçon, à condition de ne pas lui faire perdre la face, c’est-à-dire de savoir se taire ! Fais, mais ne parle pas.

L’association Kif-Kif est basée à Madrid, et rappelle que plus de cinq mille homosexuels auraient purgé des peines de prison depuis l’indépendance du Maroc en 1956. Et c’est sur Internet que les fondateurs du mensuel misent pour toucher davantage de lecteurs. Mais inutile de vous y précipiter en espérant vous rincer l’œil avec des photos qui feront monter votre tension, vous n’y trouverez que du texte et quelques illustrations très convenables. Le porno, au Maroc, ça ne se trouve qu’en cassettes, au marché.

Inutile de dire que les conservateurs voient dans cette innovation la main de Satan. Pensez donc ! Articles sur le coming-out (la sortie du placard, pour les novices), sur la journée mondiale de la femme, essais littéraires, nouvelles de la communauté gay dans le monde, plus un éditorial qui analyse le projet de société défendu par les islamistes légaux du Parti Justice et Développement (PJD). De quoi lancer une polémique homophobe de la part de ceux qui se définissent pourtant comme « modérés » mais n’en sont pas moins des islamistes : Mustapha Ramid, avocat, parlementaire du PJD proche des cercles du pouvoir, fait porter la responsabilité de la pédophilie à l’homosexualité, propos stupides, dignes d’un cardinal, mais qui ne scandalisent presque personne au Maroc. Le PJD a également pris pour cible… Elton John, invité d’un festival de musique à Rabat, y voyant un complot pour « homosexualiser » le Maroc.

Ce dernier fait devrait faire mourir de rire tout individu doté d’un atome de bon sens : si l’homosxualité est contre-nature, comment se fait-il que la simple présence d’un homosexuel qui chante sur scène suffise à « contaminer » les hétérosexuels ? L’hétérosexualité serait donc si fragile ? Je me pose la question depuis l’enfance, et n’ai jamais trouvé de réponse.

Source : Blog d’Yves Samère, 20 avril 2010

 

Tags : Maroc, LGTB, homosexualité, gay

One Comment

  1. le site de mithly est impossible a ouvrir, je cherche le site depuis des heures, je suis tombée sur plusieurs sources qui devraient  » mener  » au site ou au numéros d’article mais rien . je voudrai donc vous demander si le magazine a été censuré » ou supprimé . merci de me repondre au plus vite

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*