Le Maroc maintient en prison des dizaines d’adolescents pour participation aux manifestations dans le Rif

Par Lucas de la chaux Nador (Rif) 15 déc. 2017 

  – Les militants du mouvement rifain affirment que la police marocaine arrête de nombreux mineurs pour participation aux manifestations

– Les plus jeunes disent :  » si la répression continue, nous n’arrêterons pas de nous lancer dans des embarcations de fortune vers l’Espagne


Il y a un quartier en haut de la ville d’Al alhoceima où les jeunes jeunes ont mûri avec la même hâte que les oranges de l’automne marocain. Dans les rues bosselées de Buyibar, l’innocence de l’adolescence s’est transformée depuis longtemps en haine envers un système qui les a noyés sous le joug d’une justice qui ne distingue pas l’âge. De l’autre côté du Whatsapp, Hamza, 16 ans, l’explique assez bien.  » dans mon groupe d’amis, il y en a 17 qui sont en prison depuis des mois pour avoir participé aux émeutes.  Tout le monde est mineur « , raconte ce garçon qui, en sortant de l’école, travaille quelques heures à la réception d’une pension. Nous voulons économiser 500 euros pour une place vers une nouvelle vie loin de notre terre. « 

Si la répression continue, nous n’arrêterons pas de nous lancer dans des embarcations de fortune vers l’Espagne. Beaucoup de ceux qui restent dans le quartier se préparent à partir en janvier « .

Hamza a récemment appris que son ami Abderrahman Azri est sorti il y a quelques semaines du pénitencier de la ville de Nador, à 16 kilomètres de Melilla. Ce garçon de 14 ans a passé 105 jours enfermé, accusé de participer à une manifestation non autorisée, de jeter des pierres à la police et de placer des barricades. Il était le plus jeune prisonnier des détenus lors des manifestations rifaines qui ont eu lieu depuis un an à la fin du mois d’octobre. L’article 138 du code pénal marocain ne dispense de responsabilité pénale qu’à partir de  l’âge de 12 ans. Et ces jours-ci, le mouvement populaire rifain (connu sous le nom de hirak), qui a participé aux manifestations dans la région, a dénoncé les arrestations de mineurs comme Mohamed Ennahas, qui a à peine 12 ans.

Au Centre de Nador, il reste des enfants comme Kamal, arrêté à la mi-août dans la ville d’Imzouren. Ou Abdelhafid, arrêté quelques jours plus tard parce que, selon ses amis, il a parlé à la télévision D’Al Jazeera en critiquant la répression que le peuple rifain a subi par la police du royaume alaouite.  » Ce sont des gamins qu’ils traitent comme des criminels. Il n’y a pas de droit pour leur famille de se manifester « , dit l’un des commerçants de Buyibar.

La place de ce quartier a été la scène de la première victime  morte depuis le début des manifestations. Imad El Attabi a été touché par une cartouche de gaz lacrymogène dans la tête qu’ont lancé les anti-émeutes qui tentaient de dissuader les manifestants. Il s’est produit au cours de la marche la plus soutenue et la plus poursuivie jusqu’à présent, celle du 20 juillet. La mort d’Attabi a enflammé les jeunes qui, les jours suivants, se sont livrés à des affrontements avec la police. Il y avait toujours un agent qui avait une caméra pour enregistrer et identifier ces gamins. Ces images sont celles qu’ils ont utilisées pour accuser les mineurs qui ont été arrêtés lors des raids nocturnes dans les quartiers d’Al alhoceima.

On ne connaît pas le chiffre exact du nombre d’adolescents parmi les 340 Rifains détenus (officiellement) et emmenés dans les prisons d’al alhoceima et de Casablanca. Certains sont déjà condamnés et d’autres encore en attente de jugement. Bien que les activistes du hirak assurent à ce journal qu’en réalité, il y a plus de 500 hommes et femmes qui sont dans les prisons et qui se rapproche de la centaine de ceux qui ont moins de 18 ans.  » Certains de ces derniers sont en prison et non dans les centres pour mineurs. Et il y en a beaucoup qui ont été enlevés et nous ne savons rien d’eux « , expliquent-ils.

Ces dernières semaines, les manifestations ont repris dans  les rues des villes comme Imzouren. Lundi, la police a arrêté 18 activistes (dont 12 mineurs). Et au début de ce mois, la cour d’appel de la ville d’Al alhoceima a condamné 24 militants de 24 à 12 ans d’emprisonnement. Le chef des manifestations rifains, Nasser Zafzafi, est jugé par la cour d’appel de Casablanca, avec 50 autres militants, accusés de porter atteinte à la sécurité intérieure de l’état et à son intégrité territoriale.

Silence international

Le célèbre poète et militant marocain, Abdellatif Laâbi, a lancé un manifeste demandant la liberté des détenus.         » nous assistons à une répétition de l’histoire du Maroc. La même procession de violence et d’humiliation « , a été signée par 150 personnalités liées au monde de la culture et des droits de l’homme du royaume alaouit.

« Selon mes informations, il y a déjà près de 1.000 activistes emprisonnés », dit le journaliste de TétouanAli Lmrabet,  » ce qui n’a jamais été vu dans l’histoire récente du Maroc. 

Mais il y a un silence international et médiatique. Ceux du gouvernement espagnol ne se prononcent pas parce qu’ils ont maintenant de très bonnes relations diplomatiques avec le Maroc « .

Le 28 octobre dernier, un an s’est écoulé depuis la mort du poissonnier Mohsine Fikri dans un camion de ramassage des ordures alors qu’il tentait de récupérer le poisson que la police lui avait confisquée. Cela a provoqué l’apparition du hirak et du pouls de la région Rif, toujours bagarreuse, la monarchie et le gouvernement marocain. Ce qui a également poussé les protestations est que le budget convenu en 2015 pour investir 600 millions d’euros dans l’amélioration des routes, la construction d’un grand hôpital oncologique et la création d’une bourse d’emplois n’a pas été accompli. Les rues se sont indignées et le Maroc a répondu en arrêtant les manifestants. Le Roi, Mohamed VI , a arrêté en octobre trois de ses ministres pour les retards des projets dans une tentative de calmer la situation.

Après quelques mois qui ont connu un environnement plus calme, ces dernières semaines on a appris que les fourgons de police sont en train de se rendre à al Alhoceima et Imzouren direction des nouvelles manifestations. Le regard est maintenant dirigé vers les plus jeunes, les Rifains qui veulent partir en Espagne. Beaucoup n’arrêtent pas de partir par la mer de Alboran.

« On ne se souvient pas d’ un exode aussi important vers l’ Espagne depuis les émeutes du Rif dans les années 50 quand Hassan II a ordonné de bombarder la population », explique Ali Lmrabet. Une situation qui a triplé les départs des embarcations cette année avec ces nouveaux profils d’immigrés.

Comments are closed.