Maroc : Le Makhzen et le cas du bloggeur Mohamed Erraji

Maroc, 9 septembre 2008.- Othman El Firdaouss, depuis son bureau à Mena Media Consulting, de Fouad Ali El Himma, surveille les publications de la presse sur le Maroc.
Ce jour-là, le bloggeur Erraji Mohamed vient d’être arrêté par la police, une affaire qui a inondé la blogosphère et les réseaux sociaux.
Bouzida prévient : Le nombre considérable de visiteurs des groupes facebook défendant Erraji pourrait « décupler dans les 36 prochaines heures ».

« Nous recommandons une action volontaire, rapide et significative du CCDH sous un cadre juridico‐légal qui tranche avec des interventions récentes de cette institution qui étaient centrées autour de la logique de grâce Royale (cf. Bougrine). Cette intervention permettrait d’éviter que le leadership sur des notions telles que la garantie des droits soit l’apanage d’ONG internationales et permettrait de conforter le fait que le champs institutionnel Marocain (Justice, DiwanMadalim et CCDH) offre tout l’arsenal de l’Etat de droit ». Ce qui confirme encore l’utilisation par le Makhzen du CCDH, aujourd’hui devenu CNDH, et de la justice popur neutraliser ses adversaires.

C’est à ce CNDH que la France et le Maroc voudraient confier la protection des droits de l’homme au Sahara Occidental (sic).
Voici son rapport et ses propsitions sur l’affaire:

 

Pour télécharger le fichier source, cliquez ici

 

Remarque : En regardant le fichier source, nous nous sommes aperçus que le rapport a été rédigé par Othman El Firdaouss, l’actuel secrétaire d’État auprès du ministre de l’Industrie, chargé de l’investissement. et non pas Bouzida.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*