Maroc : Mohamed VI, 19 ans de déceptions

Mohamed VI s’apprête à célébrer le 30 juillet ses 19 ans à la tête de la couronne royale au Maroc et les bilans sont loin d’être satisfaisants. Nous pouvons ressentir la frustration chez les Marocains. Rien n’a changé par rapport à la situation héritée de son père sanguinaire. A part des décisions qui n’ont aucun effet sur le vie quotidienne du citoyen marocain, comme la suppression du baisemain.

Le nouveau roi du Maroc s’est avéré un petit potentat vulgaire, grossier, brutal, accapareur, paresseux, obèse, et qui n’a plus rien de commun avec l’enfant triste dont les Marocains avaient la nostalgie. Prodigieusement enrichi grâce au pouvoir absolu dont il se croit investi par la volonté divine, gouvernant de loin par l’intermédiaire de ses copains de lycée dont la plupart sont corrompus jusqu’à la moelle, il vient de révéler son vrai visage, celui d’un incapable, à tout le pays, qui n’en revient pas.

Les scandales du règne de Mohammed VI se succèdent et se ressemblent :

– Libération du pédophile espagnol Daniel Galvan

– Comptes off-shores au Panama, aux Iles Vierges,

– Suisseleaks, le compte du roi á la banque HSBC

– Marocleaks, les documents confidentiels de la diplomatie et des services secrets marocains dévoilés au grand jour sur l’étoile.

– Wikileaks : selon les américains, la corruption s’institutionnalise et n’épargne pas l’entourage du roi est même impliqué dans le trafic de drogues.

– Tourisme sexuel et pédophilie : les déclaration de Luc Ferry incriminant un ancien ministre français et le livre récent de Fabrice Thomas, l’ancien chauffeur d’Yves Saint Laurent où il affirme avoir été témoin d’un acte illégal dans la villa du couple, à Marrakech. Une scène qui n’avait pas choqué le couturier à l’époque.

Dans le subconscient de tous se trouvent les articles 41 et 42 de la Constitution marocaine, une épée de Damoclès pour la démocratie alaouite, car ils donnent au monarque un pouvoir quasi-illimité dans lequel les rôles du gouvernement et du Parlement se limitent à de la figuration et ne font qu’obéir aux ordres du palais . Les principaux ministres du pays – Intérieur, Justice, Affaires étrangères et Affaires islamiques – sont nommés et ne rendent compte qu’au roi, quel que soit le signe politique du gouvernement. Ce qui a levé le degré de corruption et amené à une sérieuse régression des libertés publiques dans le pays.

Le 30 juillet 2018, Mohammed VI célébrera le 19ème anniversaire de son intronisation dans une ambiance qui renvoie au Moyen Age où il prononcera un discours trompeur qui n’apportera rien à la situation explosive traversée par le pays.

Un pays déséquilibré

Cette année, la fête est accompagnée de la malheureuse nouvelle du jet offert par le roi au prince héritier de 15 ans. Un cadeau qui constitue une preuve davantage que le roi vit dans un monde qui très éloigné de la réalité de son peuple appauvri par les pratiques de la corruption, le pillage et la répression. Le prétendu « roi des pauvres » s’est avéré un roi sanguinaire, sans scrupules et sa fortune ne cesse d’augmenter au moment où il tourne le regard par rapport à la population qui revendique des hôpitaux, universités, écoles…. L’argent accumulé par le roi n’a pas contribué à améliorer la position du Maroc dans le classement mondial et le fossé entre riches et pauvres ne cesse de s’agrandir et les richesses du pays générées par le tourisme, la pêche et les phosphates ne vont qu’aux pôches des oligopoles et aux sociétés de la famille royale.

Dans le domaine politique, c’est le monarque lui-même et ses hommes de confiance qui continuent à diriger les destinés du pays. Le gouvernement ne compte pour rien. La répression est devenue l’unique réponse aux protestations qui ont germé dans les 4 coins du pays. L’échec de la politique du palais est cristallisé par la lutte qu’il mène contre le PJD en vue de l’éloigner les islamistes du pouvoir. Les échecs des conseillers du roi ont poussé les citoyen à adopter l’arme du boycott comme seul moyen de contrer la répression et l’arrogance des amis de Mohammed qui gèrent les affaires du pays.

Droits et libertés bafoués

-Plus de 500 rifains croupissent dans les prisons du royaume pour la simple raison d’avoir demandé un minimum d’infrastructures sociales

– A Jerada, les citoyens ont été écrasés par les voitures de la police.

– Les journalistes critiques, à l’instar de Taoufik Bouachrine et Mahdaoui se trouvent en prison sous des accusations aussi absurdes qu’incroyables.

– Des activistes qui soutiennent la campagne de boycott sur les réseaux sociaux sont poursuivis et arrêtés.

Au niveau diplomatique 

– Le Maroc est en conflit avec l’Union Européenne qui s’est trouvé devant le fait accompli de la décision de la Cour Européenne de Justice qui stipule que le Sahara Occidental ne fait partie du Maroc et ne doit pas être inclus dans l’accord de pêche entre les deux parties.

– Conflit avec ses alliés historiques du Proche Orient

 

Tags : Maroc, Mohammed VI, Makhzen, répression, fête du trône

3 Comments

  1. Mon Dieu !..Le 30 juillet ? Quelle affliction !
    Nous allons devoir subir encore ce calvaire ? Mais pourquoi l’homonarque (homo-monarque ou le monarque homo, au choix) tient-il absolument à se faire haïr, de plus en plus, en imposant ce carnaval anachronique de l’âge de l’ignorance ? A l’époque de ces pratiques il n’y avait pas de Constitution, pas de Droit public. La relation entre le Calife ou le sultan, l’empereur ou le roi, et leurs Sujets, était basée sur l’obéissance absolue d’une part, et sur l’autorité despotique de l’autre. Aujourd’hui le Droit constitutionnel existe depuis le XVIIIe siècle.
    La Constitution, taillée par Maurice Duverger pour le Maroc (quelle honte !), octroie à l’homonarque un exercice du pouvoir absolu. Tout le monde le sait.
    Alors pourquoi nous inflige t-il cette singerie qui revient tous les ans ?
    Pour courber, abaisser et aplatir le peuple marocain. Mais il n’y parviendra jamais. L’Histoire sera son maître.

  2. Peuple du Maroc,
    Le 30 juillet prochain, vous aurez droit de la part de momo le 6ème – que Dieu le rappele a lui le plus tot possible et lui demande des comptes sur sa gouvernance – a une grand- messe, vous affirmant, les yeux dans les yeux, que le Maroc est sur la voie du développement, de la prospérité et du bonheur absolu .
    Il n’en est rien !
    Le Maroc a envoyé dans l’espace un satellite, mais des villages restent inaccessibles par la route et ne disposent ni d’eau courante, ni d’électricité !
    Le Maroc se dote d’une ligne a grande vitesse ( T.G.V ) et des femmes mulets traversent quotidiennement la frontière maroco-espagnole pour quelques dirhams / jour.
    Un gosse de 15 ans – le petit Hassan- vient de recevoir en cadeau un jet privé payé par le contribuable marocain…
    Le Maroc pointe a la 123ème place sur 188 en terme de dévellopement humain.
    Les finances du pays sont exsangues, mais le Maroc achetent des armes aux Etats-Unis.
    Alors le 30 juillet prochain, sera, si vous le voulez, une journée de deuil national pour démontrer votre mécontentement et votre rejet de cette politique de merde.
    Ceci est un appel au boycott de toutes festivités en l’honneur de momo le 6ème- que Dieu le rappele a lui le plus tot possible et lui demande des comptes sur s gouvernance.

    .

  3. La révolution est aux portes du palais tout le monde a Rabat peut sentir le tsunami venir,même les militaires ne veulent plus sérvir pour lui d´ou appel en détresse a Hammouchi pour sécuriser ses palais.
    Il finira une mauvaise fin comme celle de Benali et Moubarak dont il n´a pas su tirer la lecon,arrogant comme il est.
    Son père malgrès tout était plus fin et intelligent que ce con dictateur minable.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*