Maroc : S’il veut sauver son règne, le roi doit donner l’exemple

Si l’intention de combattre la corruption et la gabegie était réelle et sincère, le roi devrait donner l’exemple en commençant par revoir cette dotation astronomique allouée au Palais (300 millions d’Euros soit 300 milliard de centimes) qui dépasse celle de l’Elysée et des monarchies européennes, et déclarer au fisc sa fortune réelle. Celle qui est dans les paradis fiscaux entre autres, donner une bonne part au budget de l’Etat (à sa place je donnerais tout au pays, je garderai 2-3 résidences et un salaire de chef d’Etat à fixer par la représentation nationale).Puis après, et après seulement, se consacrer rigoureusement à cette gabegie générale et cette dilapidation généralisée des deniés de l’Etat et cette corruption endémique en appliquant «  »من  أين  لك هذا ؟  » revoir à la baisse les salaires des ministres et des députés : 8000Dh soit 40 fois le SMIC pour un député, et 15.000 Dh ou 20.000 Dh pour les ministres, soit 80 fois le SMIC qui est de 200 Dh, c’est un impératif pour un minimum d’égalité et de Justice العدل  أساس  الملك ,et pour refluer le budget de l’Etat dépouillé par la gabegie générale et par des hauts fonctionnaires et des projets bidons mais très budgétivores, car c’est déjà un honneur de servir la patrie, il faut que ça soit de façon désintéressée .

Puis procéder à une réforme des finances publiques et de l’Impôt car ils sont nombreux ceux qui échappent à l’impôt, beaucoup de fortunés et d’entreprises, par contre le petit peuple est assommé par la TVA qui est un impôt indirect.

Sans cette réforme, le Maroc avance vers des lendemains incertains où la monarchie pourrait être remise en équation à moyen terme. Réformes ou Révolution? A toi de choisir, Majesté.

Source : Journal de Zine Benshrir  

 

Tags : Maroc, Mohammed VI, réformes

3 Comments

  1. Comment et pourquoi un roi aussi riche peut il gouverner un peuple aussi pauvre ?
    Les citoyens marocain ne sont pour lui qui a fait main basse sur l’ économie marocaine (téléphonie, banque, agriculture, etc…) que des simples clients qui jour apres jour consolide sa fortune de par leurs depenses quotidiennes.
    Que Dieu nous preserve d’un futur Hassan 3, d’un futur momo 7.

  2. Je comprend mieux maintenant pourquoi on parle de Régime prédateur.

  3. Hassan II a cultivé un sens politique fondé sur la prédation, la corruption et la traîtrise. Le système qu’il a édifié est taillé sur cette conception des choses. Moulés dans un tel canevas , ses rejetons ne font que reproduire l’héritage paternel en le rendant plus monstrueux encore. Gouvernant le pays sous le prisme de la prédation, l’héritier de Hassan II a poussé la logique jusqu’à son extrême limite: il a fait de ses sujets des clients en s’accaparant tous les leviers stratégiques de l’économie marocaine: Mohammed VI est avant tout un homme d’affaire. Usant du pouvoir hérité du père, il monté une structure économique tentaculaire monopolisant les secteurs clés de l’économie marocaine: Banque, bâtiment, téléphonie et internet, produits de première nécessité, agriculture, mine, bref tout y passe jusqu’au secteur balbutiant et incertain de l’énergie solaire. Ainsi, toute opposition politique est perçue comme une menace non pas tant pour le trône que pour les intérêts découlant de ce système de prédation. L’on peut se demander à cet égard, vu l’état lamentable où cette politique a mené le pays, si Mohammed VI n’est pas en train de creuser la tombe de la dynastie des alaouites. La qualité déplorable de son jugement dû à une indigence intellectuelle le rend aveugle aux réalités du Maroc. C’est là un des signes imparables du tragique.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*