Pour masquer ses détroutes diplomatiques : Le Maroc s’en remet à la propagande et aux mensonges

Pour masquer une véritable déroute diplomatique avec la participation pleine et souveraine de la RASD au prochain sommet UA-UE d’Abidjan le Maroc a lancé une vaste et coûteuse campagne de propagande mensongère.
Cette campagne d’intox qui marque le désarroi du palais royal, le souverain alaouite ayant personnellement été à la manœuvre est abondamment instrumentalisée par différents relais du Maroc, qui se veut à vocation africaine et qui «doit compenser la perte de quelques prébendes par un surcroît de +loyaux services+ au profit de son bailleur», comme l’observe l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles qui souligne «l’enfumage destiné à occulter un fait majeur : la RASD participera bel et bien au prochain Sommet UE-UA et toutes les tentatives pour l’exclure de cette importante réunion ont échoué. Voila l’essentiel !», dit- il. Ayant compris dans la douleur qu’il n’arrivera pas à infléchir la position ferme de l’UE sur le format de participation au Sommet, relabellisé «Sommet UE-UA», (dont l’annonce avait été qualifiée «d’illumination de l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles» par un site de propagande appartenant a un proche du roi ), le Maroc lance à moins de deux semaines du Sommet une opération de Com’ qui ne trompe personne puisque l’enjeu n’a jamais été la reconnaissance de la RASD, chose inattendue de la part de l’UE, mais bien sa participation au Sommet avec un partenaire stratégique aussi important que l’UE. Pour le diplomate algérien c’est une «victoire politique au vrai sens du terme que le Maroc digère mal et un précèdent qui met fin au «format du Caire» (sommet UE-Afrique excluant la RASD) situation dont le Maroc devra s’accommoder désormais pour les futures échéances bi-régionales ainsi que pour tous les autres partenariats qui engagent l’Union africaine.» Pour lui ce ne sont certainement pas les « éléments de langage élaborés dans les cabinets ministériels», et repris par ce même hebdomadaire parisien («ne pas se laisser entraîner dans des combats tactiques subalternes») qui tromperont grand monde, car à Malabo, à Dakar et à Maputo, le Maroc n’a pas répugné à se vautrer dans la fange de ces combats «subalternes» qui ont d’ailleurs fait le buzz sur les réseaux sociaux.» «Le Makhzen a recours à la manipulation de masses, y compris sur les réseaux sociaux, levier grâce auquel le Maroc distille un chapelet de mensonges et d’inepties infantiles». Ainsi, un exemple tout récent a été enregistré lors de la manifestation de liesse qui a eu lieu à Bruxelles, le 11 novembre 2017, suite à la qualification de l’équipe nationale du Maroc à la phase finale de la Coupe du monde de 2018 et qui, malheureusement, a dérapé en donnant lieu à des troubles et à des actes de vandalisme. Pour justifier cette situation déplorable, les «bots» marocains répandent de fausses informations sur la prétendue implication de ressortissants algériens et sahraouis dans les actes de vandalisme.
Dans cette lamentable manipulation la propagande marocaine a cité le nom de l’ambassadeur Bellani, devenu le cauchemar de Rabat et le pourfendeur de ses mensonges, comme celui qui a fomenté ce complot en ayant recours à des pratiques «mafieuses» pour troubler la manifestation et attenter à l’ordre public du Royaume de Belgique ! Pour l’ambassadeur algérien «C’est à la fois grotesque et puéril. Des accusations, aussi irresponsables», qui l’ont visé suite à l’organisation d’une réunion au Parlement européen sur le Hirak au Rif marocain. La tenue de cette réunion a d’ailleurs entraîné, en représailles, l’annulation sine die de la visite du président du Parlement européen au Maroc. Par-delà ces exemples, il faut surtout retenir le caractère massif et sophistiqué de la fabrique de ces fake news, qui justifie le classement de ce pays dans le dernier rapport de Freedom House, publié le 14 novembre 2017, parmi les 30 pays au monde qui manipulent internet et particulièrement les réseaux sociaux à des fins de désinformation. Le Maroc privilégie Bruxelles , siège des institutions européennes et à titre d’exemple, pour masquer son échec à empêcher la participation de la RASD au Sommet UE-UA, et promouvoir « sa cause nationale et son intégrité territoriale», +l’Organisation internationale des médias africains+, une obscure ONG créée par une activiste marocaine, compte organiser au Parlement européen à Bruxelles, du 23 au 25 novembre 2017, grâce à la mobilisation des mêmes eurodéputés qui tressent des lauriers au Maroc en contrepartie de généreuses «prises en charge», un Globe’s Forum sous le thème «Listen to Africa», en mettant à l’honneur la région de Dakhla Oued Eddahab – partie intégrante du territoire du Sahara occidental occupé par le Maroc – comme « modèle de développement réussi.» L’examen de l’ordre du jour de ce forum et la qualité des intervenants tout comme les conditions de sa programmation hâtive au lendemain d’un événement autrement plus important organisé par le président du Parlement européen (Conférence de haut niveau «Vers un partenariat renouvelé avec l’Afrique»), traduit la volonté de ses organisateurs de détourner l’attention sur les préparatifs du Sommet UE-UA, et d’escamoter les résultats de la Conférence de haut niveau sur l’Afrique prévue au Parlement européen, le 22 novembre, à laquelle participeront d’importantes personnalités politiques ainsi que des acteurs institutionnels de premier plan. D’autres opérations de propagande sont à prévoir de la part d’un régime dont la diplomatie se résume aux mensonges pour masquer des échecs à répétition et une situation économique catastrophique.
M. Bendib

 

Source

Comments are closed.