Quand Mohammed VI sollicite l’aide d’Obama pour l’ouverture des frontières

C’était le 22 novembre 2013. Le roi du Maroc, Mohammed VI, soupçonnait l’arrivée d’un coup mortel de Washington. En effet, cinq mois après, au mois d’avril 2014 plus précisément, les USA présentaient au Conseil de Sécurité un projet de résolution proposant l’élargissement des prérogatives de la MINURSO à la surveillance du respect des droits de l’homme au Sahara Occidental.

Mohammed VI, à l’occasion d’une visite à Washington, est reçu par le président Barack Obama. L’interview a duré à peine une heure. Son compte-rendu révèle l’importance octroyée par le Maroc à la réouverture de ses frontières avec l’Algérie. Il a demandé l’intervention d’Obama auprès des autorités algériennes. Les arguments présentés sont médiocres. « SM appelle à l’ouverture des frontières et se demande pourquoi l’Algérie continue à les fermer en violation flagrante de la charte de l’UMA. Cette fermeture ne fait qu’augmenter le trafic illégal. L’Algérie refuse l’accès aux rapporteurs de l’Onu à Tindouf. L’Algérie refuse le recensement a Tindouf. Le Maroc est ouvert aux parlementaires espagnols, aux médias, aux ONG. C une situation anachronique voire schizophrène ».

Les documents de la diplomatie marocaine ont confirmé que la fermeture dees frontières avec le voisin de l’Est constitue une véritable punition pour le Makhzen. Même l’ancien Envoyé Personnel des Nations Unies pour le Sahara Occidental, Christopher Ross, a été manipulé dans ce but.

Au même temps, Mohammed VI accuse l’Algérie d’ouvrir ses frontières aux djihadistes marocains qui rentrent au Maroc « avec des intentions de récidive », signale le compte-rendu.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*