Un mouchard de la DGED agressé par un garde de corps de Benkirane

Ce type qui se fait agresser par un garde de corps de l’ex-chef du gouvernement, Abdelilah Benkiran, n’est pas un journaliste. Même s’il possède une carte de presse.

Il s’appelle Mohamed Chakir Alaoui et il est le cousin germain d’un autre type qui se faisait aussi appeler « journaliste », Naim Kamal, qui a longtemps officié dans le quotidien « L’Opinion », avant de sombrer dans l’oubli.

Selon le défunt directeur du bureau de l’Agence France Presse (AFP) à Rabat, Claude Juvénal, Mohamed Chakir Alaoui était l’homme que les services secrets marocains avaient placé à l’intérieur du bureau de l’AFP pour surveiller les rédacteurs et prévenir ses supérieurs des infos sensibles sur le Maroc qui allaient être publiées.

Quand il a pris sa retraite, Mohamed Chakir Alaoui a fait des pieds et des mains pour rempiler à l’AFP. Appuyé en sous-main par les services secrets.

En vain. La direction de l’AFP à Paris a refusé catégoriquement de le garder, lui préférant un autre journaliste marocain.

Aujourd’hui, Mohamed Chakir Alaoui continue son « travail » dans le site le360, le site proche de Mohamed Mounir Majidi et des sécuritaires marocains.

Tout le monde le sait. Même, apparemment, les gardes du corps d’Abdelilah Benkiran.

Ali Lmrabet

Facebook

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*