La prière « Notre Père » reformulée chez les Catholiques

Réunis en Session Ordinaire, les Evêques du Togo ont décidé de reformuler le « Pater Noster » dont l’application entrera en vigueur dans quelques mois.
L’information a été donnée suite à un communiqué de presse dont la teneur est la suivante :

Chers Fils et Filles du Peuple de Dieu qui est au Togo,

Dans le communiqué de presse de la CXVe Session Ordinaire de la Conférence des Evêques du Togo, il a été annoncé que les Evêques ont décidé que la nouvelle formulation de la prière du « Notre Père » entrera en vigueur, pour le Togo à compter du 1er octobre 2017, premier jour du mois du Rosaire.

Voici la nouvelle formulation :

Notre Père, qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,

pardonne-nous nos offenses,

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,

et ne nous laisse pas entrer en tentation,

mais délivre nous du mal.

Amen !

Dans ce nouveau texte, la demande :

<< ne nous soumets pas à la tentation >>, est remplacée par :

<< ne nous laisse pas entrer en tentation >>.

Cette modification est le fruit de nombreuses analyses théologiques et exégétiques.

On se souvient qu’en 1966, les Pères du concile Vatican II se sont penchés sur l’interprétation théologique de la sixième demande du Pater Noster qui était alors en usage :<< Ne nous laissez pas succomber à la tentation >>

Elle a été jugée inappropriée et le concile a proposé une autre formulation. En effet au concile, le verbe grec » eispherô », qui signifie littéralement « porter dans », » faire entrer », aurait dû être traduit par : » ne nous fais pas entrer en tentation ou dans la tentation ». Or une mauvaise traduction a sorti la formule » Et ne nous soumets pas à la tentation ».

Celle-ci est non seulement contraire à l’esprit des auteurs conciliaires, mais surtout, elle pourrait laisser supposer une certaine responsabilité de Dieu dans la tentation qui conduit l’homme au péché. Ce qui n’est évidemment ni juste ni acceptable. Comme l’a noté le Pape Benoît XVI : <IMG//> > (Joseph Ratzinger Benoît XVI Jésus de Nazareth. Tome 1) La tentation vient du diable. ( Mt 4,1).

La nouvelle formulation qui est à présent retenue corrige cette erreur de traduction. Nous dirons désormais : » Et ne nous laisse pas entrer en tentation ».

Elle rejoint surtout ce que JESUS LUI-même a dit à ses disciples à Gethsémani : » Priez pour ne pas entrer en tentation » (Mat 26, 41, Luc 22, 40 et 46 ).

Les évêques de la CET saisissent l’occasion de cette annonce pour rappeler que le travail qui a abouti à cette nouvelle formulation n’est qu’un volet d’un grand chantier de la Traduction Liturgique initié par l’Eglise.

En effet, le 04 décembre 1988, à l’occasion du 25e anniversaire de la Constitution dogmatique sur la sainte Liturgie Sacrosanctum Concilium, le Pape Jean-Paul II a publié la Lettre apostolique Vicesimus quintes annus sur le renouveau liturgique. Le 7 mai 2001, il promulgue « Liturgiam authenticam » qui fixe les critères pour la traduction des livres liturgiques du latin dans les différentes langues liturgiques.

Pour la langue française, ce travail a été confié à la Commission Episcopale Francophone pour la Traduction Liturgique (CEFTL). Un énorme travail de plusieurs années a été réalisé par cette Commission et le 17 juillet 2013, la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements a donné sa recognitio à la nouvelle traduction liturgique de la bible : << La Bible Traduction Officielle Liturgique.>> qui contient la formule : <IMG//> >

Il a été également confié à ladite Commission, la traduction du Nouveau Missel Romain. Dans l’attente de la sortie officielle de ce missel qui apportera quelques améliorations, et dans l’attente de la traduction de la nouvelle formule du Notre Père dans nos langues locales, les Evêques de la CET confient chaque fille et chaque fils de l’Eglise Peuple de Dieu qui est au Togo, à l’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu qui change nos pauvres balbutiements en prières, et qui nous apprend à dire : Abba, Père !

La Conférence des Evêques du Togo

Source :  Emergence Togo

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.