Les responsables espagnols, des mouchards pour le Maroc

Le mouchard espagnol Antonio Torres-Dulce Ruiz

L’un des problèmes qui affrontait l’Envoyé de l’ONU pour le Sahara Occidental était le fait que le contenu de ses entretiens avec les autorités françaises et espagnoles était révélé aux marocains.

Lors d’une de ses tournées dans la région, Christopher Ross a rencontré l’ambassadeur d’Espagne à Nouakchott. Ce dernier a tout de suite transmis aux marocains les confidences de M. Ross.

Selon une note reçue par la ministre Mbarka Bouaida, « dans une rencontre avec l’Ambassadeur d’Espagne, Ross : a reconnu le caractère difficile de sa mission (il est fatigué, épuisé et déçu car toutes les portes sont fermées) ; est convaincu de l’idée « d’autodétermination du peuple sahraoui » ; a souhaité parvenir à une solution politique ;
a exprimé son étonnement suite à la signature de l’accord de pêche ; ne partage pas le point de vue de Zuma car l’affaire est gérée par l’ONU, estime que les relations entre Rabat et Alger ont atteint un seuil qui rappelle les années 70 ».