Rifains et sahraouis : entre fierté et lâcheté

Au Maroc, les citoyens du Rif ne cessent de protester contre ce qu’ils considèrent comme un « traitement privilégié » octroyé aux sahraouis. Selon eux,  les autorités marocaines ferment les yeux devant les activités des militants sahraouis pendanrt qu’eux sont emprisonnés, torturés et diabolisés. La jalousie suscitée par la haine envers le peuple sahraoui, a été motif de nombreux commentaires.

Les sahraouis se sont imposés grâce à leur combat persévérant et aux sacrifices de leurs enfants qui durent désormais depuis plus de 42 ans. Les rifains ont proclamé leur république pour ensuite déposer les armes et se rendre au régime sanguinaire instauré par la France au Maroc. Les sahraouis ont proclamé la sienne et l’ont défendu eet continuent à la défendre avec bec et ongles et ils ont donné un exemple au monde entier de ce qui est se soulever contre l’invasion et le colonialisme. Les rifains, eux, sont devenus fiers d’être des sujets de ce régime qui les a massacrés à plusieurs reprises. Alors qu’ils qualifient les sahraouis de « mercenaires », les rifains baisent la main de leur Seigneur et implorent son pardon. Ils sont tellement aveugles qu’ils ne voient pas que Hassan II est un ange comparé avec son fils Mohammed VI, que les réformes ne sont qu’un leurre.

Si les sahraouis ont donné un exemple de résistance et persévérence, les rifains ont donné un exemple de lâcheté s’alliant avec la monarchie alaouite contre les sahraouis. Aujourd’hui, ils paient leur faute, ils sont emprisonnés, torturés et méprisés par le reste de la population marocaine.

Voici un exemple de la différence entre sahraouis et rifains. Un an après l’invasion du Sahara Occidental par le Maroc et la Mauritanie, les américains chiffrent entre 700 et 800 soldats marocains morts et beaucoup plus de blessés.

Selon cette note de la diplomatie américaine, « la guerre de guerrilla menée par le Polisario s’est soldé par la mort de 700 à 800 soldats marocains et le nombre de blessés dépassent ce nombre plusieurs fois. En utilisant des Land Rover et des tactiques de guerrila, de petits groupes de guérilleros ont pu opérer presque quotidiennement contre une armée de 30 000 soldats marocains dans le nord du Sahara et dans le sud du Maroc. Ila avaient un manque de logistique sophistiquée et de communications, les guérilleros bénéficient d’excellentes sources de renseignements locaux et d’un bon moral ».

Comments are closed.