Sahara occidental : Le message africain du Polisario à Horst Köhler

L’envoyé personnel de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, s’est, au deuxième jour de sa visite des camps des réfugiés sahraouis à Tindouf, entretenu durant plus d’une heure avec le leader du Polisario et président de la RASD, Brahim Ghali.

Selon M. Ghali, qui n’affichait pourtant pas une mine des grands jours, les discussions avec l’émissaire onusien ont été « longues, sincères, positives et intéressantes ». A l’issue de ces discussions, auxquelles ont pris part le ministre sahraoui de la Défense, Abdallah Habib, la présidente de l’Union nationale de femmes sahraouies, Fatma Elmehdi, ainsi que les diplomates Mohamed Khaddad et Ahmed Boukhari, ont permis de savoir que les indépendantistes sahraouis sont convaincus que leur cause nationale ne doit pas rester un dossier uniquement onusien, comme le souhaite l’adversaire marocain, mais qu’il doit être débattu incessamment et de manière permanente par les instances de l’Union africaine.
En effet, on croit savoir, selon nos sources, que le Président sahraoui, Brahim Ghali, ainsi que la direction politique du Polisario « ne souhaitent pas » et ne « veulent pas » que le dossier sahraoui soit traité indépendamment de l’Union africaine. Aux yeux du Secrétaire général du Polisario et président de la RASD, la coopération dans ce dossier entre l’UA et l’ONU sont « nécessaires » et « indispensables » pour parvenir à une solution « équitable » du conflit.
Par cette position, le dirigeant sahraoui répond à la thèse du Maroc, selon laquelle l’examen du dossier sahraoui doit être du ressort de l’ONU « uniquement ». A son retour dans le giron de l’Union africaine, après une absence de trente-trois ans, une des lignes d’attaque de Rabat est d’affirmer que le Sahara occidental qu’il occupe doit rester une affaire de l’ONU. Tout le contraire de la position des indépendantistes sahraouis qui affirment que leur cause est une « question africaine avant qu’elle ne soit onusienne ».
La déclaration de Brahim Ghali à ce sujet montre une évolution intéressante du traitement du conflit et l’apparition de l’Union panafricaine comme nouveau terrain d’affrontement entre le Polisario et le Maroc. Pour le président sahraoui « l’UA est devenue un acteur déterminant» pour le règlement de la cause. A ses yeux, l’UA est un « partenaire essentiel de l’ONU » en ce qui concerne la « décolonisation » du territoire. Quelles sont les raisons de cette évolution ? D’abord le retour du Maroc dans la famille panafricaine et le souci de sa diplomatie à mobiliser ses supporters contre le Polisario par tous les moyens. L’initiative désavouée de la Côte d’Ivoire, pays organisateur du prochain Sommet UA-UE, de ne pas inviter la RASD, fait partie de ce dispositif qui consiste à « court-circuiter » les nationalistes sahraouis sur un terrain sur lequel ils ont réalisé d’importants succès politiques et diplomatiques. Des poids-lourds du continent, comme l’Afrique-du-Sud, appuient le processus de décolonisation et appellent à la tenue d’un référendum d’autodétermination. Ensuite, il y a la certitude qu’au Conseil de sécurité de l’ONU, les rapports de force restent relativement favorables au Maroc qui peut se targuer du soutien franc de Paris à ses thèses et de la neutralité bienveillante – qui est plus que cela en vérité – de Washington. Il y a, par ailleurs, le constat des nationalistes sahraouis selon lequel la mission onusienne pour le Sahara occidental, en dépit des avancées qu’elle a réalisées lors des derniers mois du mandat de Ban Ki-moon et de son envoyé spécial Christopher Ross, n’a pas réalisé de grands progrès sur le terrain. Et que le Maroc, qui « foule du pied la légalité internationale », n’a pas été suffisamment rappelé à l’ordre. A ce propos, le président Ghali a souhaité à ce que le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité « appuient l’effort de l’envoyé spécial », M. Kohler, pour qu’«il réussisse dans sa mission ». Une mission bien difficile au vu des données actuelles : aucun des belligérants n’est prêt à faire de concessions. Le Royaume veut entamer un autre round de négociations sur l’autonomie du Sahara occidental, alors que les sahraouis défendent bec et ongles leur droit « inaliénable » à l’autodétermination. Horst Köhler, qui est passé au Maroc avant qu’il vienne dans les camps de réfugiés sahraouis, n’a pas fait de déclaration polémique. A Aousserd, où il a été reçu par des officiels sahraouis, il s’est contenté de dire qu’il n’est pas magicien et qu’il est venu à la région pour écouter et se faire une idée personnelle du dossier.

6 Comments

  1. Encore une fois je le dis et redis que l’indépendance du Sahara occidental est au bout du fusil de son peuple et que tout le reste n’est que du bla bla bla et une perte de temps face aux souffrance de ce bon peuple.

  2. Encore une fois je dis et répète que le Sahara est marocain, a vie, car c’est légitime. L’histoire le prouve. Faire la guerre au Maroc? Ceux qui ont essayé l’ont regretté ( guerre des sables en 1963, amgala, etc) et cela ne les a conduit qu’à la défaite ,donc à rien. Cela a de plus obligé le Maroc à construire un mur derrière lequel des gens soufrent à Tindouf, en Algerie. Le mieux est que ces personnes rentrent vivre dignement et en autonomie au Sahara marocain.

  3. Que du BLA BLA. Vous n’aurez jamais le sahara occidetale meme apres 1000 ans
    vous avez envahie le territoire du sahara occidentale et le pire c’est que vous avez partage avec la mauritanie ( je n’ai jamais lu un pays partage son territoire avec un autre pays). theoriquement vous revendiquait la moitie du sahara occidentale. puis l’orsque la mauritanie s’est retire vous dit ah non c’est tous le sahara oocidentale qui est la notre ( on partage des bonbons) et personnes ne peut vous faire confiance
    vous avez signe un cessez le feu avec le polisario et vous avez accepte le referendum at maintenant vous dite qu’il est inaplicable
    Vous n’avez aucune credibilte, car vous avez laisse tomber les terres de vos enceintre et vous n’avez pas le courage des hommes. chez nous en algerie on dit que les maroccaions sont Irrespectueux

  4. Lors de la dernière réunion de l’ua Les articles touchant à la souveraineté du Maroc notamment l’article 88 et 89 ont été retirés et les ministres des affaires étrangères avaient demandé à ce l’ua Se conforme aux décisions de l’onu Donc c’est pareil onu ou ua l’affaire est entendue

  5. Pourquoî ne pas libérer Ceuta et Mellila avant de parler du Sahara occidental? Ne pensez vous pas que cest plus logique? VP

  6. A Vulpes Zerda
    Cher monsieur, il n’ont meme pas le courage de parler alors pour les liberer!!!
    Je vous assure que si un pays par fiction prends par la force ceuta et mlila, alors la il vont les revendiquer matin et soir. en conclusion , vous ne pouvez jamais les faire confiance

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.