Maroc, Sahara Occidental, Uncategorized

Sahara Occidental : Voilà pourquoi le Maroc ne veut pas lâcher prise

Que les richesses naturelles du Sahara Occidental sont la raison principale qui a poussé le Maroc à envahir l’ancienne colonie espagnole, c’est quelque chose plus que connue. Il n’y a que les citoyens marocains qui avalent le discours de l’intégrité territoriale.

Voici les déclarations de Mohamed El Kadiri, Secrétaire Général du Groupe Office Chérifien des Phosphates (OCP) faites le 12 juillet 2012, au cabinet du ministre marocain des affaires étrangères dans lesquelles il met en exergue l’importance des phosphates dont regorge le Sahara Occidental.

« Les phosphates sont des matières premières à la fois, stratégiques, vitales pour la vie et constituent une part essentielle de la sécurité alimentaire mondiale. Cette matière première est plus importante que le pétrole dans le sens où « l’on peut se passer de voitures, mais pas de nourriture », a-t-il dit.

Il souligne que “en 2011, la production marocaine de  phosphates a été de 28 millions de tonnes, plaçant le Maroc au 3ème rang mondial.  De cette production, le Maroc exporte 20 millions de tonnes, ce qui fait de lui le 1er exportateur mondial de phosphates”.

Au même temps il rappelle, dans ce que la note appelle « la diplomatie des phosphates », que « dans le cadre d’arrangement avec plusieurs pays de la Caraïbe et du Pacifique, l’OCP livre à ces pays, gracieusement, des phosphates. Cependant, l’OCP risque d’être « épinglé » par les Etats-Unis d’Amérique, voient leur « chasse gardée » envahie, l’accuseraient de « dumping ».

« Pour pallier à ce scénario, indique la même note, El Kadiri propose le montage suivant : « L’AMCI achèterait à l’OCP les quantités nécessaires de phosphates, sachant que préalablement à leur livraison aux pays concernés, ces phosphates seraient payés grâce à un don de la Fondation OCP1, elle-même alimentée par le Groupe de l’OCP ».

« De cette manière, les apparences seraient sauves et l’opération s’inscrirait dans un cadre légal », conclue la note.

Source : Calameo

Pour télécharger ce document, cliquez ici

Comments are closed.