Said Ida Hasan, le sulfureux agent de la DGED marocaine

La boîte mail de Mourad El Ghoul n’a pas fini de dévoiler ses secrets balancés par Chris Coleman. Cette fois, c’est au tour d’une vermine connue au sein des milieux espagnols solidaires avec le peuple du Sahara Occidental. Il s’agit de Said Ida Hasan.

Said Ida Hasan arriva en Espagne sous le titre de correspondant en chef à Madrid de l’agence officielle de presse marocaine Maghreb Agence Presse (MAP), mais il a dû changer de couverture en raison de ses multiples actes de provocation montés dans le but de défendre le régime autocratique du Maroc.
Connu pour son comportement contre la liberté d’expression et ses méthodes propres des services secrets des régimes dictatoriaux, sa première intervention médiatisée date d’avril 2005. Il voulait perturber l’intervention du journaliste Ali Lmrabet à l’Université d’Almeria. Ses injures et attaques ont coûté cher à la DGED. Une sentence du Tribunal de Madrid de 2008 confirma les relations de Said et la MAP avec les services secrets marocains. Suite à cette condamnation, il change de cap et il s’affiche comme correspondant de l’Agence de Presse Africaine (APA), fondée par la DGED à Dakar et dont l’identité a été révélée par le cyber-activiste Chris Coleman. Nul besoin de dire que la plainte contre Lmrabet était télécommandée par la DGED comme punition contre ce journaliste fier de son indépendance et critique envers le régime de Mohammed VI. Dans ce mail, Said envoie des informations sur la plainte à Mohamed Khabbachi et ce dernier à Mourad El Ghoul, le chef de cabinet de Yassine Mansouri, le patron de la DGED.

Ici, il rapporte sur une émission radio qui “accapare la deuxième plus importante audience de la radio en Espagne  » dans laquelle le journaliste Federico Jimenez Losantos déclare que «  “Des photos de Mohammed VI prises alors qu’il était nu” en train de se bronzer sur son yacht privé à l’origine de la crise entre le Maroc et l’Espagne  ».

http://fonoteca.esradio.fm/2010-09-16/federico-a-las-6-los-marroquies-contra-rajoy-16254.html

Dans la même correspondance, il signale deux autres émissions dans lesquelles, le journaliste mentionné « a appelé à « bombarder les palais de Mohamed VI » avant de se rattraper « Nous allons bombarder les biens des Espagnols qui servent Mohamed VI », « nous allons bombarder la maison de Felipe Gonzalez ».

 http://fonoteca.esradio.fm/2010-09-15/federico-a-las-7-felipe-gonzalez-y-las-drogas-16199.html

http://fonoteca.esradio.fm/2010-09-16/tertulia-de-federico-rajoy-en-melilla-16269.html

Au mois de juin 2010, Said a participé dans une conférence du Forum Social à Barcelone dans le but de s’en prendre au militant des droits de l’homme sahraoui, Ali Salem Tamek.

En 2010, il a été limogé de son poste de président de l’Association de correspondants de presse étrangère (APCE) à cause des tensions qu’il suscité dans son entourage et les problèmes qu’il a créées au sein de l’association.

Le 16 mars 2009, il fonde Andalus Media. Sous couverture d’agence de communication, il lance en février 2010, Andalus Press y Marruecos Siglo XXI, et en novembre 2012, le journal La Voix Arabe.

Craignant que l’attentat contre le journal français Charlie en profondisse ce sentiment, Said fonda le 10 janvier 2014, avec une enveloppe budgétaire de 30.000 euros, la Fondation Culture Arabe (FUNCA) avec Bouazza Assam comme vice-président et Soumaya Ben Moussa, comme secrétaire.

Dans une interview avec la radio Libertad FM, Said déclara que “la méconnaissance de la communauté musulmane est la principale cause de la méfiance”. Ce qui laisse penser que l’association cherche à lutter contre le sentiment anti-marocain né dans les esprits des citoyens espagnols en raison des attentats de Madrid de 2004, d’un côté, et créer un cadre qui permette de contrôler et utiliser la communauté marocaine comme arme de pression contre l’Etat de pression, d’un autre.