Transparency Maroc se prononce sur la campagne de boycott

Le Conseil National de Transparency Maroc s’est réuni samedi 19 mai 2018.

Dans un communiqué Transparency Maroc précise que “l’analyse de ce genre de campagne ne peut se faire sur la seule base de sa relation avec les prix, mais sur le système économique fondé sur la rente, la corruption et la co-relation du pouvoir avec l’argent”.

“Cette campagne est une continuation des Hirak du Rif, Zagoura et Jerada qui ont exprimé des revendications sociales et économiques de base et a été affronté avec une violence inouïe.

L’indéniable réactivité de la population avec le boycott dévoile un profond malaise et une prise de conscience populaire qui devrait interpeller les autorités publiques », a-t-elle ajouté.

Selon cette ONG internationale, « la réaction inconvenable et provocatrice du gouvernement nous rappelle le fameux communiqué des serviteurs du pays, des pratiques qui illustrent la régression des libertés publiques et des promesses de la Constitution de 2011 ».

« Le retard enregistré dans la mise en œuvre de la stratégie nationale anti-corruption, la libéralisation des secteurs sans supervision ni contrôle tels que le secteur des carburants, l’éducation et la santé …l’absence de politique claire de gestion des conflits d’intérêt et les restrictions imposées aux activités des organisations de la société civile et à la liberté d’opinion sont des faits et des preuves de l’abandon par l’État de ses obligations dans la lutte contre la rente et la corruption et confirme la régression dans le domaine de la protection des libertés publiques », signale le communiqué.

« La suspension de l’Autorité Nationale pour l’Intégrité, la Lutte et la Prévention contre la Corruption et le gel du Conseil de la Concurrence, dont les lois ont été ratifiées respectivement en 2015 et 2014, alimentent la crise », ajoute-t-il.

Pour Transparency Maroc, la campagne de boycott et les mouvements de protestation qui l’ont précédée est une occasion qui se présente au pays à condition que l’État en reconnaisse les dimensions et les profondes implications et y travaille en conséquence.

 

Tags : Maroc, boycott, rente, corruption, transparency maroc

2 Comments

  1. No COMMENT .

  2. la monarchie est une sangsue avide de sang elles ne reconnaitra jamais le droit primordial du peuples marocains car ils sont malsain cette mafia numero 6 qui veut tout rafler elles se detruira est le peuple vaincra.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*