Victoire des cheminots maghrébins contre la loi raciste de la France

C’est avec un grand soulagement et satisfaction que les cheminots nord-africains ont accueilli aujourd’hui le verdict de la Cour d’Appel de Paris sur leur conflit avec la SNCF.

La Cour d’Appel de Paris a confirmé les condamnations en matière de discrimination de carrière et de retraite qu’ils ont obtenu en première instance. Elle y a ajouté les dommages et intérêts pour préjudice morale et pour préjudice de formation que nous n’avions pas obtenu en première instance.

Les 916 cheminots d’origine maghrébine ont été discriminés dans leur carrière. Les prud’hommes leur ont donné raison il y a deux ans. La SNCF avait fait appel. Le verdict aujourd’hui de la cour d’appel de Paris leur a donné raison.

Lors de leur arrivée en France, les retraités maghrébins de la SNCF se sont vu rattachés à la convention collective de la métallurgie, au lieu d’être rattachés à celle du chemin de fer. Ils ne pouvaient évoluer que sur trois grades contre huit grades pour les cheminots français, refus d’accés aux examens parce qu’étrangers, et même ceux qui ont réussi à passer les concours avec succès se sont vu refuser la promotion qui va avec, parce que non français. La discrimination a également portée sur la protection sociale, inférieure à celle de leurs collègues français : les Chibanis doivent travailler en moyenne sept ans de plus que leurs collègues français, pour une retraite deux fois plus petite, ils n’ont pas accès aux médecins SNCF, et les pensions de réversion aux veuves sont misérables, en moyenne  300 euros.

 

Tags : Maroc, Algérie, Tunisie, cheminots, SNCF, France

One Comment

  1. Bonsoir, il semblerait qu’il y aurait bisbille entre l’avocate & les chibanis: https://bit.ly/2Ngke6C
    Cordialement.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*