Washington accuse le Maroc de maltraiter les migrants subsahariens

Les migrants clandestins subsahariens sont mal traités au Maroc. Ces derniers qui fuient la pauvreté et les conflits dans leur pays souffrent quotidiennement pour survivre.

Cette situation qui vient d’être décrite dans un récent rapport du département d’Etat américain évoque «les efforts limités de Rabat pour poursuivre les trafics criminels et identifier activement les victimes». Le rapport a indiqué que les migrants vivent dans des conditions difficiles au Maroc, rongés par la honte et la misère, en rêvant de l’Europe, juste en face. «On traverse une période très difficile. On n’a pas de travail, on mange dans les poubelles, on n’a pas le choix», se désole un migrant cité par l’AFP.

Selon la même source, «les jeunes se jettent sur des camions chargés de poubelles au moment même où ils déversent leurs cargaisons pour se ravitailler avant qu’un engin ne vienne enterrer les déchets», ajoutant également qu’au Maroc aussi, il faut payer pour rallier l’Espagne par la Méditerranée ou l’Atlantique, dans des embarcations de fortune inadaptées à la navigation en haute mer. Aux risques de naufrage s’ajoutent les mauvais traitements des trafiquants. Un autre document d’Europol, l’agence européenne de lutte contre la criminalité, décrit les méthodes d’un réseau basé en Espagne qui, avant son démantèlement en avril dernier, organisait des traversées pour les migrants mineurs contre 2000 à 8000 euros. Selon ce même rapport, plusieurs jeunes migrants arrivés au Maroc ont été pris en otages et des rançons de 500 dollars sont extorquées à leur famille, parfois en utilisant violences et menaces.

Les migrants venus de plusieurs pays africains sont rassemblés dans un dépotoir aux odeurs pestilentielles, sur les hauteurs de la ville de Fnideq, à quelques encablures de la côte espagnole et à quelques kilomètres d’un lieu de villégiature du roi Mohammed VI, ont rapporté les médias. Malgré les risques, la route maritime Maroc-Espagne remonte en puissance après avoir été délaissée dans les années 2000. Cette route dite «occidentale» est même en passe de devenir la principale voie vers l’Europe : depuis le début de l’année, 17.522 migrants sont arrivés via l’Espagne, contre 16.452 via l’Italie, et 13.120 via la Grèce, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

Ces tentatives de franchir l’autre rive de la Méditerranée engendrent des dizaines de morts par mois, si ce n’est des centaines. En effet, la semaine dernière, 45 migrants subsahariens ont péri au large de Larache. Dans un communiqué rapporté par la presse locale, les autorités marocaines ont indiqué qu’il s’agit du naufrage d’une embarcation de migrants dont tous les occupants ont été secourus, démentant avoir enregistré un quelconque cas de décès parmi les migrants issus d’Afrique subsaharienne. Vu le peu d’intérêt qu’accordent beaucoup de gouvernements, y compris européens, au dossier, le drame des migrants ira en s’amplifiant.

 

Tags : Maroc, migration, subsahariens, répression, racisme

One Comment

  1. Les autorités marocaines affichent déjà le plus grand mépris pour son propre peuple , Rifains, Sahraouis et autres ethnies, comment voulez vous qu’ils aient la moindre considération pour des réfugiés ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*