On torture à Rabat, on décore à Paris

Photo : Jamal Morchidi/Anadolu Agency
Lors de sa visite à Rabat, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve (avec son homologue marocain, Mohamed Hassad), a annoncé la « nouvelle ».
Le gouvernement va faire officier de la Légion d’honneur le chef 
des renseignements marocains, poursuivi par la justice française…
«Le roi est mon ami. » Et il le restera, peut-on ajouter, confirmant ainsi le bien-fondé de l’ouvrage de Gilles Perrault, qui, en son temps, avait osé critiquer la complicité de la France avec la monarchie marocaine d’Hassan II, pourtant accusée de violation des droits de l’homme. Les années passent, et la diplomatie française reste fidèle à elle-même et au royaume alaouite. En visite officielle au Maroc, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé, samedi, que le chef de la direction générale de la surveillance du territoire (DGS), Abdellatif Hammouchi, se verra décerner le titre d’officier de l’ordre de la Légion d’honneur. En 2011, déjà, le chef des services de renseignements marocains avait été décoré du titre de chevalier. Quels services Abdellatif Hammouchi a-t-il rendus à la France ? Au Quai d’Orsay comme à l’Élysée, personne n’ignore que le patron du contre-espionnage marocain est poursuivi pour des cas de torture par la justice… française. Personne, et encore moins Bernard Cazeneuve. Il y a tout juste un an, le chef de la DGS était à Paris, à titre personnel. La justice veut alors l’entendre. En vain. Mais Rabat, ulcéré que l’on puisse atteindre par personne interposée à son « intégrité », selon l’expression chère aux dignitaires du régime, décide de suspendre ses accords bilatéraux en matière judiciaire, en signe de représailles.
LA JUSTICE VEUT ENTENDRE 
LE CHEF DES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS MAROCAINS
À l’époque, la presse inféodée à Sa Majesté le roi traîne l’Acat dans la boue au titre que cette ONG chrétienne, reconnue pour sa lutte contre la torture et la peine de mort, est à l’origine des plaintes déposées contre Abdellatif Hammouchi. En 2012, en effet, l’association est interpellée par la famille d’Adil Lamtalsi, un Franco-Marocain détenu quatre plus tôt, puis transféré dans un centre de détention secret géré par la DGS, où il subit des sévices jusqu’à ce qu’il signe des aveux. Il est condamné à dix ans d’emprisonnement pour trafic de stupéfiants. En 2013, une plainte pour torture est déposée au tribunal de grande instance de Paris. Autre affaire, celle de Naâma Asfari, un Sahraoui de nationalité marocaine qui milite pour les droits de l’homme et l’autodétermination du Sahara occidental, toujours illégalement occupé par le Maroc. En novembre 2010, juste avant le démantèlement du célèbre camp de protestation sahraoui de Gdeim Izik, il est arrêté, roué de coups et torturé pendant plusieurs jours par des policiers, des gendarmes et des agents des renseignements généraux et de la DGS. En février 2013, il est condamné à trente ans d’emprisonnement par un tribunal militaire sur la base d’aveux arrachés sous la violence. L’Acat porte plainte contre le Maroc, le 20 février 2014, devant le comité contre la torture des Nations unies et la justice française. Ces deux affaires, les instances de l’État français les connaissent. « Nous faisons face aux mêmes défis, celui des filiales terroristes qui entraînent certains de nos ressortissants vers les rangs de Daesh en Syrie et en Irak », a déclaré Bernard Cazeneuve lors de sa visite au Maroc, en se félicitant de la reprise des accords entre les deux pays. Personne ne doute des nécessaires coopérations judiciaires à développer en la matière, mais de là à décorer un personnage à la tête de sinistres individus, il y a un monde, dans lequel les autorités françaises se sont royalement vautrées. « Nous nous étonnons que la France puisse décorer une personne visée pour tortures et faisant l’objet d’enquêtes judiciaires en France. Vu le contexte, c’est une des contreparties de la France. C’est un geste destiné à laver le prétendu affront que la justice française aurait osé faire à monsieur Hammouchi en le convoquant pour l’entendre dans le cadre d’une procédure judiciaire conforme au droit français. La justice a fait son travail en toute indépendance », rappelle Hélène Legeay, responsable des programmes Maghreb et Moyen-Orient à l’Acat.
Paris n’ignore pas non plus qu’au moment même où il rétablissait sa coopération judiciaire avec le Maroc, ce dernier portait plainte contre cette ONG pour « diffamation, outrage envers les corps constitués, utilisation de manœuvre et de fraude pour inciter à faire de faux témoignages, complicité et injure publique ». « Dans ce contexte où l’Acat et les victimes qu’elle représente sont attaquées de façon directe, ou au travers de diffamations dans les médias marocains qui ne sont pas réputés pour leur indépendance, la décoration d’ Hammouchi est le signe que la France entend faire prévaloir ses intérêts diplomatiques sur ceux des victimes de torture, parmi lesquelles se trouvent des victimes françaises », confirme Hélène Legeay. Intérêts diplomatiques mais également économiques, au nom desquels cette même diplomatie française s’est rapprochée de régimes peu fréquentables. Dimanche, une quarantaine d’individus munis de barres de fer ont forcé brutalement les locaux de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH), où se trouvaient deux journalistes français. Coups, insultes contre les personnes présentes, dont une a été hospitalisée. Les deux professionnels ont été arrêtés. « Les autorités (…) ont refusé de présenter, de manière formelle, toute décision leur permettant de fouiller le local ou de procéder à des confiscations ; elles ont plutôt choisi de recourir à la force illégale pour (l’)envahir délibérément », dénonce l’AMDH.
L’impunité est reine en son royaume et l’État français fait allégeance.
http://fdg-gretz.blogspot.com.es/2015/02/on-torture-rabat-on-decore-paris.html

Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :