Derrière les décors touristiques… la crise

Des plages de sable fin, des infrastructures hôtelières nombreuses et bon marché, une économie saluée par les institutions internationales.

La Tunisie a, pendant longtemps, offert l’image d’un paisible pays de cocagne, certes écrasé par le long règne de Ben Ali, mais qui peut, au moins, se targuer d’une relative stabilité économique. Les récents événements enregistrés dans les régions les plus déshéritées du pays ont ainsi levé le voile sur la face hideuse du régime tunisien. L’image de la destination de rêve cède la place à celle d’un pays dont la population souffre des maux du chômage et de la pauvreté.

Le malaise social est intimement lié, selon les analystes et les observateurs, à la crise économique mondiale qui a induit une baisse drastique des revenus touristiques. Pour le régime Ben Ali, les mauvaises nouvelles se sont accumulées : essuyant une mauvaise récolte en 2010, le pays ne pouvait plus offrir d’emplois supplémentaires. Mais les raisons de la colère sont bien plus profondes. Ce n’est certes pas un hasard si la révolte a démarré dans les régions les plus pauvres du pays, loin des côtes et des décors sublimes qu’aime à offrir le président tunisien.

Les analystes soulignent que le développement économique, ces vingt dernières années, a profité d’abord aux zones côtières où se concentrent le tourisme, l’immobilier et les industries. A l’inégalité régionale, s’ajoute l’inégalité sociale. Les 10% les plus riches de la population perçoivent le tiers des revenus, les 30% les plus pauvres doivent se contenter de moins de 10% du PIB. 


Le candidat Ben Ali avait pourtant promis de rectifier le tir lors de la dernière élection présidentielle du pays, qualifiée de «mascarade électorale». A peine a-t-il retrouvé son siège pour la septième fois consécutive, que le président tunisien a oublié les promesses faites au peuple. Mais c’est surtout l’attitude de la première Dame qui exaspère les Tunisiens. Elle illustre, à elle seule, la rapacité de quelques familles qui tiennent à garder les affaires les plus avantageuses entre leurs mains.

Les câbles distillés par le site WikiLeaks, quelques jours avant la révolte, n’ont fait que confirmer ce que tout le monde susurrait. Mais ces émeutes pourraient affecter davantage l’économie tunisienne. «Nous avons observé une baisse de l’activité touristique dans tous les pays où il y a eu des événements violents», a assuré Lahcen Achy, chercheur au centre Carnegie du Moyen-Orient, dans une récente intervention médiatique. «Cela a été le cas, quand il y a eu des attentats au Maroc en 2003, ou des actes terroristes en Egypte.» Mais cela risque de contaminer les autres secteurs dont dépend l’économie tunisienne, qui reste extrêmement fragile, d’autant qu’elle est largement tournée vers les exportations vers l’Europe.
Amel Blidi
El Watan, 13/1/2011


Commentaire de Diaspora Saharaui : 
 
Dans le cadre de la campagne maroco-franco-sioniste contre l’Algérie et le peuple sahraoui, le Maroc et la Tunisie étaient présentés comme le paradis terrien et un oasis paisible de modernité et démocratie, contrairement à l’Algérie et le Sahara Occidental, décrits comme repère de terrorisme parce que ces deux pays ne veulent pas se plier aux exigences de l’Elysée.

Mais le temps remporte toujours la victoire. Il finit toujours par dénoncer les farceurs. Les marocains aussi se lèveront un jour contre la situation précaire que le Makhzen croit maîtriser avec la propagande des médias locaux et français.

Les sahraouis ont résisté 35 ans et ils sont prêts à attendre le dénouement de cette farce qui ne peut être que dans l’intérêt des peuples et de la vérité.

Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :